Haut

XX ou XY, c’est pas pareil !

XX ou XY, c’est pas pareil !

Alors que certains s’interrogent sur les bienfaits de la PMA étendue aux couples de femmes homosexuelles, et que d’autres considèrent (avant même le vote de la loi), ce fait comme acquis, car répondant à une demande vertueuse d’amour maternel, on peut se poser la question de la remise en cause des identités sexuelles et de la différenciation homme/femme (mâle/femelle), que l’on tend à minimiser pour mieux justifier ces pratiques conceptionnelles.

Certes on peut penser comme l’ont exprimé certains auteurs, que l’étiquette homme ou femme n’est qu’une décision sociale, et que l’appartenance sexuelle est surtout déterminée par l’environnement, l’éducation, la relation parent-enfant, etc.
Si on suit cette théorie qui affirme que l’identité sexuelle n’est qu’une construction culturelle, et dont l’objectif est de rejeter le déterminisme biologique afin de pouvoir remettre en question les rôles assignés aux hommes et femmes dans la société, on définit alors un nouveau cadre de réflexion, mais on occulte totalement et volontairement toute réalité scientifique.

Pourtant les faits sont là ! Le corps d’une femme est bien sûr différent de celui d’un homme, tout le monde l’aura remarqué, ceci n’est pas le fait d’une construction sociale mais l’expression de la différenciation chromosomique, qui dès le stade embryonnaire vers la 6e /7e semaine va entraîner une construction différente chez le porteur des gènes XX ou XY, afin de modeler des organes et un mode de fonctionnement différent.
Les sécrétions d’hormones, sont communes aux deux sexe, mais la proportion entre elles varie en fonction du déterminisme génétique afin d’obtenir, dès la naissance, puis à la puberté, des phénotypes très différents (pilosité, développement mammaire, voix, musculature etc…).
Ces hormones sexuelles sécrétées par les gonades (ovaires ou testicules) inondent le corps entier y compris le cerveau où elles vont influencer la formation de circuit de neurones, et on peut dire qu’un cerveau est sexué, sans que ce terme soit péjoratif pour l’un ou pour l’autre des deux sexes.
Il existe des différences induites par les imprégnations hormonales au niveau du cerveau, comme chez la femme pour déclencher l’ovulation, même si par la suite l’environnement peut avoir un impact important sur le fonctionnement de cet organe.

Ces différences biochimiques dans le fonctionnement cérébral pourraient expliquer pourquoi les femmes ont deux fois plus de risques que les hommes de souffrir de dépression ou de troubles anxieux, comme on peut l’observer lors des situations de bouleversements hormonaux, tels que la grossesse ou la ménopause ou à la suite de certains traitements. Certains considèrent qu’il ne s’agit là que de troubles liés aux traumatismes psychologiques résultants de ces situations particulières, mais il leur sera plus difficile d’évoquer l’étiologie psychologique pour expliquer que plus de 70 % des personnes souffrant de migraine sont des femmes, ainsi que 65 % des malades d’Alzheimer, et 75 % des sujets atteints de sclérose en plaques.
Ces différences sont bien reconnues et on se préoccupe de plus en plus maintenant de la réaction aux médicaments qui est parfois différente selon le sexe. On a pu prouver que le dosage de certaines substances médicamenteuses doit être modifié en fonction du sexe. C’est ainsi qu’en 2013 la Food and Drug Administration a dû faire modifier la notice d’emploi d’un somnifère (le zolpidem) pour l’adapter au sexe des receveurs.

Il existe des différences de fonctionnement scientifiquement prouvées entre le cerveau masculin et le cerveau féminin, tout comme il en existe pour le développement musculaire ou celui des masses graisseuses.
Il ne s’agit nullement de rattacher ces différences à une échelle de valeurs, mais simplement d’affirmer qu’on ne peut pas facilement gommer ces différences biologiques pour faire accepter plus facilement des théories qui n’arrangent qu’une petite minorité de la population.

Dr. Jacques-Michel Lacroix – Boulevard Voltaire

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services