Haut

Voilà comment l’état organise l’invasion migratoire (Vidéo)

Voilà comment l’état organise l’invasion migratoire (Vidéo)

C’est un maillage systématique du pays y compris dans les plus petites communes, comme le montre l’exemple suivant. Au préalable sont organisées des réunions publiques, non pour demander leur avis aux gens concernés mais pour leur imposer l’arrivée de ces groupes d’hommes jeunes en quête d’un Eldorado exigé, sans devoirs ni reconnaissance. (NDLR)

Lundi 15 octobre, à Arzano, se tenait une réunion d’information concernant l’accueil de migrants prévu prochainement dans la commune, dans l’ancienne gendarmerie.

Environ 250 personnes venues d’Arzano, mais aussi du Finistère et du Morbihan, avaient fait le déplacement. On soulignera avec interrogation que la présence de « non résidents » d’Arzano a semblé choquer des élus, ceux là mêmes qui sont favorables à la venue de migrants venus de beaucoup plus loin.  « Vous n’êtes pas d’Arzano, vous n’avez pas la parole » a-t-on ainsi pu entendre dans la salle.

Une réunion publique sous haute surveillance car de nombreux gendarmes étaient mobilisés. Durant une heure, élus de la commune, responsables associatifs pro migrants et représentants de l’État ont exposé les faits, sans jamais interroger la population sur son assentiment. Il y avait là Alain Castanier, secrétaire général de la préfecture du Finistère, Laure Bonizec et Gabriel Cerclier pour Coallia, Mme Hernandez maire de Kerlaz, MM. Huet et Croguennec, de Pleyber-Christ, Sébastien Miossec, maire de Riec, François-Xavier Lorre, directeur départemental de la cohésion sociale.

Il aura fallu attendre les questions du public pour prendre la mesure de l’opposition à ce projet. En effet, ils n’étaient  pas très nombreux à lever la main lorsqu’une intervenante demande si les gens dans la salle étaient favorables au projet.

Au final donc, c’est l’accueil d’une trentaine d’individus, uniquement des jeunes hommes commence le plus souvent, qui a été acté par les autorités, dans les prochaines semaines. Reste à fignoler le dossier juridique et administratif. Et surtout, pas de référendum ni de consultation populaire.

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services