Un bon écrivain est un écrivain mort (Vidéo)

Augustin Traquenard doit animer un débat littéraire dans un ancien monastère des Alpes-Maritimes. Seront présents dix écrivains très médiatiques, les poids lourds de l’édition : Frédéric Belvédère, Michel Ouzbek, Amélie Latombe, Delphine Végane, David Mikonos, Kathy Podcol, Tatiana de Roseray, Christine Légo, Jean de Moisson et Yann Moite.

Chacun a reçu un courrier anonyme le conviant pour le week-end dans l’austère bâtisse reconvertie en résidence d’auteurs. Tout est fin prêt pour l’événement : l’entrée du train en gare de Saorge, la rencontre devant un public ravi de voir les stars de Saint-Germain-des-Prés, les questions sur le thème “Littérature et modernité”, le cocktail dînatoire puis la séance de dédicaces. Mais rien ne se passe selon le programme. Dès l’arrivée au couvent, l’histoire dérape. C’est bien connu, un bon écrivain est un écrivain mort.

Partager