Haut

L‘autre visage du conflit syrien : la prostitution des jeunes filles!!!

L‘autre visage du conflit syrien : la prostitution des jeunes filles!!!

Nada Qarameddine a tout juste 16 ans et est originaire d’un village syrien des contreforts de la montagne de Qalamoun. Vendue par son père selon la loi du Misyar (mariage temporaire islamique qui correspond en réalité à un contrat de prostitution…) à un combattant soudanais de l’E.I.I.L, elle a trouvé la force de s’enfuir après plus d’une année d’esclavage sexuel, et après avoir surpris son “époux” en train de négocier sa “revente” à l’émir de son groupe de combattants. Dans un entretien accordé au site d’information Now Lebanon, Nada raconte comment son père l’a mariée de force pour une poignée de dollars et en échange de la protection de l’Etat islamique en Irak et au Levant. « Mon mari me considérait comme sa propriété et était totalement dénué de sentiment ou d’émotion. Pour les repas je devais le servir d’abord et me contenter de ses restes. Il me violait en permanence. » raconte-t-elle.

La jeune fille trouve d’abord refuge au sein d’une famille qui l’emmène dans sa fuite dans la ville libanaise frontalière de Chebaa, juste avant la bataille de Qalamoun. Puis une autre famille de refugiés l’emmène à Saida. Oum Mohammed raconte sa rencontre avec la jeune fille dans un refuge de la frontière où elle servait à boire et à manger aux déplacés: « Son visage était en permanence crispé par la peur. Elle sursautait dès que la porte s’ouvrait. Je me suis approchée pour la réconforter et elle a éclaté en sanglots en me racontant l’enfer auquel elle venait d’échapper. Elle m’a supplié de l’emmener avec ma famille au Liban. J’ai décidé de l’arracher aux griffes de l’E.I.I.L. »

Nada refuse tout contact avec sa famille et craint que le cas échéant, son père ne la ramène à son “mari”. Les travailleurs sociaux et les ONG engagés sur le terrain dans les zones frontalières et les camps de refugiés au Liban dénoncent une recrudescence des mariages forcés de jeunes filles de plus en plus jeunes, ainsi que la prostitution et la vente de fillettes par leur famille.

Yasser Daoud, directeur exécutif de l’ONG Développement et Action Sans Frontière, souligne l’urgence de la situation et la prolifération des réseaux de traite de femmes et rappelle que les trafiquants doivent être poursuivis et condamnés selon les lois internationales. De plus l’impact social et psychologique sur ces jeunes filles traumatisées, et dont les liens familiaux sont irrémédiablement brisés, est dramatique et les condamnent à la prostitution à vie pour survivre. Daoud insiste sur l’importance d’une protection effective et d’un soutien psychologique pour ces victimes de guerre. Avec plus d’un million et demi de réfugiés incontrôlables sur son territoire, en pleine crise économique, politique et sociale, soutenu par la communauté internationale davantage en bonnes paroles qu’en initiatives concrètes, le Liban pourra t-il gérer une telle catastrophe humanitaire ? Rien n’est moins sûr, et l’avenir de ces populations considérées par tous les antagonistes comme de simples dommages collatéraux donne à réfléchir sur l’évolution morale de nos sociétés de profit où la notion la plus élémentaire de charité a disparu…

Sophie Akl-Chédid

 Lu sur Présent

Delit D'images
Pas de commentaires

Le formulaire de commentaires est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services