Tout nous sépare (Bande-annonce)

Un semblant de polar « sociétal » bancal!

Chantage au meurtre ! D’un côté, une maison bourgeoise occupée par une mère, Louise (Catherine Deneuve), patronne d’une entreprise portuaire, et sa fille, Julia (Diane Kruger), estropiée à la suite d’un accident et mal dans sa peau. De l’autre, une bande de racailles d’une cité de Sète traficotant dans le trafic de drogue et qui, pour leur malheur, n’hésiteront pas à « doubler » le caïd local. Deux univers totalement opposés. Entre les deux : un grand fossé dont les parois vont se rapprocher inexorablement dans un choc des mondes (et des cultures) dangereux et mortel lorsque Julia, accro à la drogue et, physiquement, à Rodolphe (Nicolas Duvauchelle), son dealer-chef de bande aussi émotif et tendre qu’une enclume, la ramène à la maison.

Un violent, un prédateur, qui profite d’elle au propre comme au figuré et qui, après une étreinte « à la cosaque » dans une voiture, lui fait comprendre qu’elle ne compte pas plus pour lui que son premier cran d’arrêt. D’où coup de sang de la demoiselle qui lui refait le portrait à coup de démonte-pneu. Et vlan ! direction le pays du noir absolu pour l’affreux jojo et panique pour Julia qui vient chercher aide et protection auprès de sa mère. Une mère qui, telle une lionne défendant sa progéniture, va sortir ses griffes et prendre les choses en main. À commencer par nettoyer la scène de crime et faire disparaître le corps. Ni vu ni connu, sauf que…

Sauf que, plus rapide qu’une balle de Jokari, le cadavre qui n’a rien d’exquis va lui revenir en pleine poire sous la forme d’un chantage – fric contre silence – pratiqué par un certain Ben (Ken Samaras alias le rappeur Nekfeu – histoire d’attirer le public « jeune » ?), complice de Rodolphe qui n’est pas dupe et lui-même pris en « otage » par le caïd de sa cité qui veut sa part du gâteau. L’union faisant la force, la « bourgeoise » et la petite frappe (forcément pas si mauvaise que ça) dans la panade vont se la jouer complémentaires…

Arrête ou ma mère va tirer ! Difficile de croire, ne serait-ce qu’une seconde, à ce semblant de polar tendance « sociétal » aux situations aussi crédibles et improbables que de voir un esquimau commander des glaçons. Ajoutez à cela, exception faite de Nekfeu qui tire son épingle du jeu, deux actrices qui se le joue minimum syndical et vous obtenez un film bancal qui tourne à vide.

Pierre Malpouge – Présent

Partager

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *