Haut

RIP

RIP

Ce mercredi mon téléphone portable affiche le nom d’Emmanuel Ratier.

— Oui, Emmanuel ? Que puis-je pour toi ?

Mais ce n’est pas Emmanuel au bout du fil, c’est, sur le portable d’Emmanuel, l’un de ses amis très proches, Michel Nicolet, un « crieur » de Drouot, que j’avais connu à Drouot, précisément, il y a quarante ans, peut-être, en tout cas bien avant de découvrir que Michel et moi avions les mêmes curiosités littéraires, culturelles, politiques, et un ami commun : Emmanuel Ratier.

— Tu ne pourras plus rien faire pour Emmanuel, me dit-il, la gorge nouée. Une crise cardiaque vient de l’emporter. Il faisait de la spéléologie. Il a présumé de ses forces.

La mort de gens qu’on aime est toujours une catastrophe, mais l’horloge biologique prépare plus ou moins, – plus ou moins bien –, évidemment, à ce genre de chose. Mais Emmanuel, lui, était notre cadet. Rien ne pouvait laisser penser… Il ne se ménageait certes pas. Et nous connaissions ses problèmes de santé. Lui-même évoquait des coups de fatigue. Mais de là à imaginer…

Cette affreuse nouvelle, c’est un véritable coup de massue, encore accentué par le fait que, ces derniers mois, nous ne nous quittions pratiquement plus. Il m’avait embringué dans plusieurs de ses projets, et en particulier un projet qui nous tenait à cœur, à quelques-uns : la constitution d’un centre d’archivage et de conservation du patrimoine identitaire et européen.

Il avait suivi avec sympathie, il y a 15 ans, la création d’un Institut d’Histoire des Identités dans le Berry. Mais ce qu’il voulait faire était autrement plus ambitieux. Nous venions tout juste de créer, sous son impulsion, une association (avec Anne Brassié, Eric Delcroix et quelques autres) ; nous avions acheté (il avait acheté, en fait) d’énormes locaux, et les mètres cubes d’archives, de livres, de journaux, d’affiches, de tracts, se déversaient depuis quelques mois, en flots continus, dans ce bâtiment de 900 m2, déjà plein à craquer, à peine ouvert. Le classement avait commencé cet été, sous sa direction.

Mais Emmanuel Ratier, c’était aussi sa lettre confidentielle Faits et Documents, remarquablement faite, et lue par des gens situés parfois aux antipodes de ses propres opinions. Il y avait ses émissions sur Radio Courtoisie, sa maison d’édition, sa librairie Facta, et encore ses dîners mensuels, exceptionnels carrefours de rencontres pour tout un travail de réseau.

Ratier, je l’avais connu jeune journaliste à Valeurs actuelles. Et ce qui faisait sa force et son efficacité hors du commun, aujourd’hui, c’était précisément qu’il avait bâti un réseau relationnel très dense, dont il était le pivot central.

Originaire du Vaucluse, Emmanuel Ratier était le fils d’un architecte et d’une ingénieur chimiste. Etudiant, il avait milité dans les groupuscules de droite, à Rouen. Diplômé du Centre français du Journalisme et de l’Institut d’Etudes Politiques, il avait créé la revue culturelle Balder (1976-1979), puis avait travaillé au Figaro Magazine, à Valeurs Actuelles, en 1982-1983 (ce qui situe très exactement l’époque où j’ai fait sa connaissance), à Magazine Hebdo, et à Minute, dont il avait été un temps le rédacteur en chef, en charge des enquêtes.

Mais son talent exceptionnel était encore ailleurs. Henry Coston l’avait désigné comme son héritier moral. L’expertise de Coston, ce don pour trouver et exploiter au mieux les archives les plus secrètes, Emmanuel Ratier l’avait, lui aussi, mais avec un niveau de fiabilité encore supérieur, et appuyé sur les possibilités des nouvelles technologies. Coston avait fait de son Dictionnaire de la politique française l’outil indispensable des journalistes et des hommes politiques. « Jamais cité, toujours pillé », telle aurait pu être sa devise. Mais que dire alors du travail de Ratier ? Que dire des deux tomes de son Encyclopédie politique française, de son Encyclopédie des pseudonymes, de son Encyclopédie des changements de noms, de ses enquêtes sur Jacques Chirac, et sur Manuel Valls (Le Vrai visage de Manuel Valls), de ses révélations sur les Mystères et secrets du B’Naï B’rith ?

Sa mort nous laisse sonnés sur place, car on ne peut s’empêcher de se dire : comment faire vivre désormais toutes ces entreprises sans lui ? Comment mener tous ces projets sans lui ? Il le faudra, pourtant. Car c’est ce qu’il attend de nous.

Issu de la nouvelle droite, Emmanuel n’était guère attiré par les consolations de la religion, même si une messe au moins sera dite pour lui.

Mais dès maintenant, à  son épouse et ses trois filles, dont il était si fier, et à juste titre, l’équipe de Présent transmet ses pensées les plus attristées et les plus émues, et à titre personnel, je tiens à leur marquer toute mon affection, dans ces moments si difficiles.

Francis Bergeron-Présent

Delit D'images
4 Commentaires
  • Bordonado

    Nous voilà aussi seuls que lors de la mort de Serge de Beketch…
    Quel travail il y a, et Ratier est irremplaçable …
    Je prierai pour lui, et pour les siens…

    20 août 2015 à 19 h 06 min
  • Papilou de Normandie

    Je l’avais connu à Rouen…il y des années bien sûr….me reviens à la mémoire une bonne et longue conversation à ” La maison du Paradis” à Martigues où nous avons passé une émouvante journée pour une visite privée avec des conférences dans les jardins si chers au Maître Ch. Maurras!
    Loin de France (ou ce qui en reste)! …la douche froide!!! Repose ne PAIX cher Emmanuel, dis bien à Serge que nous bien à lui et qu’il nous manque!!
    RIP per C.S.P.B.
    Papilou

    20 août 2015 à 23 h 29 min
  • Olivier

    Il y a quelques jours j’ai voulu aller à la librairie Facta pour essayer de rencontrer Monsieur Ratier et ,à cause d’autres facteurs ,je n’y suis pas allé. Je le regrette.
    Que dieu ait son âme!

    Olivier Brière

    21 août 2015 à 21 h 29 min
  • Meunier

    bonsoir,
    je regardais la veille au soir des documentaires télévisés sur “RMC découverte” dévoilant l’infiniment petit grâce au microscope électronique et ce qu’on peut voir grâce à la vision infrarouge. Ces merveilles de technologie permettent de comprendre comment certaines activités naturelles s’opèrent et où l’on peut apprendre avec stupeur que les conséquences et les causes sont à l’inverse de ce que l’on croyait.
    Avec Monsieur Emmanuel Ratier digne successeur de Serge de Beketch c’est un peu la même chose concernant l’histoire et les activités humaines en particulier sociales ou politiques. Il décortique les faits, les personnalités, cherche dans des discours, des documents ou des agissements paraissant anodins, voire passés inaperçus aux yeux du grand public, et remettant toutes les pièces du puzzle que cela formait il révèle l’autre vérité. A oui c’est cela, il est comme le photographe qui travaille dans son cabinet noir, le négatif qui n’intéresse personne il le développe et fait un tirage et tout à coup ce qui n’était pas évident faute d’avoir démêlé l’écheveau d’informations trouve son évidence. Merci pour ce titanesque travail Monsieur Ratier, digne représentant de la pensée française libre. Bien courtoisement/

    22 août 2015 à 0 h 51 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services