Ni réveillon, ni saint Sylvestre!

Ni réveillon, ni saint Sylvestre!

Par Isabel Orpy

Parce que je ne suis pas forcément d’humeur festive ce jour là!

Parce que je n’ai pas envie de  ridiculiser ma table avec des strass et des falbalas et d’y inviter dix personnes pour célébrer un pape romain du IVème siècle, dont le prénom signifie habitant de la forêt, lequel  aurait  dompté un dragon et ressuscité un taureau. (Je sais qu’il a fait d’autres choses mais ce type me rend de mauvaise foi, moins que son homologue actuel qui m’excède carrément… Heureusement, la saint François n’engendre pas (encore) festivités similaires).

Parce que c’est toujours très suspect de ne pas avoir envie  de bringuer à date fixe et que chaque automne, il me faut ruser pour refuser les invitations par un: “Oh! Je suis désolée. Si j’avais su mais j’accepté l’invitation des Dupont…”;

Parce que ce réveillon va encore rendre tristes ceux qui sont seuls!

Parce que je veux bouffer des huitres, des Saint-Jacques, du foie gras, des chocolats, etc. quand ça me plait (grâce à mon copain Grocongélo, je le fais même au 15 août!).

Parce que même si réveillon signifie petit réveil ou petit éveil. le 31 décembre, j’ai parfois sommeil avant minuit et si j’ai le malheur d’aller me coucher avant le décompte de ces secondes “magiques”, je vais subir un gros éveil en sursaut grâce à des hordes de crétins heureux qui  klaxonnent et hurlent… même sous l’Etat d’urgence ( à la gloire de Cazeneuve?)!

Parce que c’est ainsi que je me suis mise à détester les Néo-Zélandais et les Australiens qui  démarrent leur brouhaha bien avant nous et que, sauf à casser télés et radios, les médias ne parlent plus que d’eux, alors qu’il y a des tas de faits d’hiver réjouissants!

Parce que la nuit de la saint Sylvestre est devenu un concours de voitures cramées!

Parce que  cette année, le 31 tombant en plein week-end,  selon les assureurs,  le nombre de morts et de blessés va doubler sur les routes.

Parce que demain, il va me falloir souhaiter une bonne année à des tas de gens  dont je n’ai rien à faire et pire encore, à d’autres que je sais fort mal en point ou très malheureux pour plus d’une année… et que, sauf incident diplomatique,  c’est incontournable.

Parce que dans une semaine, il va falloir que je démonte crèche et sapin, alors que j’ai usé six heures de mon temps précieux à tout préparer.

Parce que célébrer la fin d’une année, c’est  aussi fêter l’avènement d’une autre qui sera peut-être pire.

Belle fin d’année quand même!

Partager

9 commentaires

  1. Orage

    Entièrement d’accord sauf sur un point: il suffit de ne pas regarder la télé et ne pas écouter la radio. Un bon livre peut-être?

  2. Roban

    Et ben Isabel vous n’êtes pas très réjouissante !
    Belle fin d’année quand même et mes meilleurs vœux pour 2017 !


    1. Post author
      Delit D'images

      J’ai toujours haï les fiestas (il m’a même fallu assister à mon mariage…). Vous l’aurez compris, je plaisantais aussi…
      Ce soir ce sera un diner Délit d’images: tous les reporters poiluchons avec Charles et David et beaucoup de champagne pour oublier ce qui nous attend.
      Belle soirée à vous!

  3. arbousier

    Un moment de méditation complète le Réveillon pour éviter l’indigestion….. médiatique.
    Soyons présents en 2017, avec délit d’images bien sûr !

  4. Jules

    Je partage intégralement votre détestation de l’homo festivus à l’heure dite, à jour fixe et seconde impérative.

    Isa, je crois qu’ on est fait pour s’entendre.

    On se téléphone ? On s’fait une bouffe ?

  5. invisible

    Bonne Année, Isabel ! Tous nos vœux pour qu’elle soit remplie de belles et bonnes choses racontées avec humour et sympathie !

    (je joue sur le velours puisque Délit d ‘Images sera là et qu’il est in-des-truc-tible ! ! !)

Commentaires fermés