Haut

Quand les écrans deviennent neurotoxiques (Vidéo)

Quand les écrans deviennent neurotoxiques (Vidéo)

Votre enfant a du mal à se concentrer et paraît en permanence dans sa bulle ? Rien ne semble l’intéresser en dehors de sa tablette ou de votre smartphone, il s’énerve facilement et peut se montrer violent ? Et si le problème venait d’une surexposition aux écrans ? Il en faut peu pour rendre son enfant accro aux écrans : une télévision allumée en permanence, des dessins animés pour lui faire avaler ses repas, des jeux sur applications pour « stimuler » son éveil ou obtenir un moment de paix, l’exemple de ses parents rivés sur leur smartphone ou leurs jeux vidéo etc. Les centres médicaux-psychologiques sont aujourd’hui assaillis d enfants addicts aux écrans dès le berceau, souffrant de troubles massifs de l’attention, et même de symptômes graves évoquant l autisme: retards de langage, grande agitation, défaut de sociabilité, comportements parfois violents. À travers de nombreux cas de patients et en expliquant les processus qui mènent aux différents symptômes, Sabine Duflo, psychologue, pousse un cri d’alerte : les écrans sont des retardateurs puissants de développement. Elle expose sa fameuse méthode des « 4 Pas » qui permet à l enfant de s’approprier l’écran sans en devenir captif, méthode qui connaît un vif succès auprès des professionnels de l enfance.

 

Six ans après la publication d’un avis controversé, l’Académie des sciences s’est à nouveau penchée sur l’utilisation des écrans par les enfants. Et dans un débat devenu électrique sur les risques de surexposition des tout-petits, elle lance un « appel à la vigilance raisonnée » à cause des risques soupçonnés sur la santé : troubles du sommeil, du développement, problème d’obésité. Fait nouveau, le document interpelle les parents sur les conséquences de leurs propres usages numériques et sur les interactions avec leurs enfants. Ainsi ils déconseillent aux parents d’acheter à leurs enfants tablettes, téléphones ou consoles portables, dont l’usage s’avère « difficile à réguler ». Et ils les mettent en garde contre un « usage à visée exclusivement calmante des tablettes, télévisions et autres smartphones » chez les enfants de moins de trois ans.

Outre un risque accru d’obésité, l’impact des écrans sur le sommeil fait consensus, selon les experts. Ils notent que 89 % des 13-19 ans ont aujourd’hui un smartphone. Celui-ci est allumé tout le temps, même la nuit, chez 60 % d’entre eux. Or l’utilisation des écrans en fin de journée perturbe l’horloge interne et retarde l’endormissement. Conséquence : un adolescent sur trois affiche une dette de sommeil. Enfin, les enfants ne sont pas tous « égaux » devant les écrans. Des contextes familiaux et socio-économiques précaires « peuvent rendre difficile » l’éducation aux écrans et leur régulation. Les dernières données d’une étude pointaient d’ailleurs que plus le niveau d’études des parents était faible, plus les enfants étaient exposés aux écrans. Cette prise de position de l’Académie des sciences, qui se veut mesurée, suscite déjà des critiques sévères.

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services