Haut

Le patrimoine de la Défense est dans un état lamentable! (Vidéo)

Le patrimoine de la Défense est dans un état lamentable! (Vidéo)

 Alors que le président de la République visitait ce jeudi matin la base aérienne d’Istres, le sénateur de Legge présentait donc son rapport, réalisé au nom de la commission des finances, sur l’état inquiétant du parc immobilier de la défense, dans un contexte de coupes budgétaires. « Il est dans un état pitoyable » tranche-t-il. « Les moyens ne sont pas affectés pour  permettre la vie quotidienne de nos militaires dans de bonnes conditions. Nous vivons au-dessus de nos moyens. » Par définition, la Grande muette ne se plaint pas mais la grogne est palpable. « Des bases qui n’étaient plus entretenues depuis de nombreuses années car elles avaient vocation à fermer sont aujourd’hui mobilisées en urgence, souvent dans de mauvaises conditions » évoque Dominique de Legge. Le fort de l’Est, à Saint-Denis, en est le meilleur exemple. Ce vieux bâtiment des années 1840 abrite notamment les militaires de l’opération Sentinelle dans des conditions d’insalubrité douteuse, lors de leur installation.

La situation n’est pas nouvelle et la polémique autour des nouvelles coupes budgétaires (850 millions d’euros) ne fait que souligner le décalage entre le budget alloué et les conditions de travail pour le quotidien. « Nous avons une loi de programmation militaire qui n’est plus en adéquation avec la réalité de l’engagement de nos forces » souligne le sénateur. Nicolas Sarkozy avait, lors de son quinquennat, lancé un grand projet de réduction des troupes. Mais les attentats ont frappé la France et François Hollande a décidé de faire marche arrière sur ce projet. « Mais on n’a pas revu en même temps les moyens nécessaires et indispensables pour permettre à ces personnels de travailler dans de bonnes conditions » critique Dominique de Legge.

Des cessions symboliques

Pourtant, les budgets alloués ont augmenté ces dernières années mais ont été affectés, en grande majorité, aux nouvelles infrastructures. A Toulon, la base navale a été transformée pour accueillir la nouvelle génération de sous-marins, les prestigieux Barracudas. « Mais le budget de l’armée supporte aussi trois millions d’euros de factures d’eau dont deux millions sont liés à des fuites d’eau parce qu’on n’est pas en état de réparer le réseau » explique le sénateur. Il faudrait 60 millions d’euros pour remettre la base en état et plus de 2,5 milliards d’euros sur 6 ans pour s’occuper du vaste parc immobilier de la Défense.

Une des solutions prévues est justement de réduire drastiquement ce parc, d’une valeur de 16 milliards d’euros, qui représente plus d’un quart de la valeur du parc immobilier de l’Etat, avec quelques pépites comme le Val-de-Grâce dont la cession est envisagée. Depuis 2008, ce parc a ainsi diminué de 17% mais les caisses ne se remplissent pas pour autant. Le mauvais état des infrastructures contraint parfois l’Etat à céder les bâtiments pour des sommes symboliques. La décote « Duflot » entraine aussi une sous-évaluation des biens, à partir du moment où ils sont en partie transformés en logements sociaux. « Si à l’ilot Saint-Germain, on fait des logements sociaux, il sera vraisemblablement vendu à un euro symbolique. Le manque à gagner est de l’ordre d’une centaine de millions d’euros. Concrètement, le budget des armées va financer la politique de logement de la ville de Paris » souligne Dominique de Legge.

Un budget en hausse pour  2018

Dans ces conditions, déjà complexes, comment peut-on envisager l’instauration du service civil, comme promis par Emmanuel Macron ? « C’est tout simplement impossible » soupire le sénateur qui a décidé d’interpeller le gouvernement lors des questions au gouvernement, ce jeudi au Sénat. « Vous n’êtes pas sans savoir la situation difficile dans laquelle nous avons trouvé les finances de notre pays » a justifié Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, dans l’hémicycle. Les coupes budgétaires « seront un moment difficile pour nos armées mais la ministre des armées prendra les décisions utiles pour en limiter la portée » a-t-elle souligné. Réponse acerbe du sénateur : « Madame la ministre, heureusement que nos militaires sont plus précis dans le tir des missiles que vous dans votre réponse… »

Source

Delit D'images
3 Commentaires
  • chevrier michele

    Faire plus avec moins ce n’est plus possible, les militaires consomment pour un million de facture d’eau auquel vient s’ajouter deux millions de fuite d’eau, il faudrait faire les réparations nécessaires, le budget est trop serré!

    21 juillet 2017 à 4 h 55 min
  • BERNA

    C’et trop facile de distribuer l’argent des autres, en se trompant par idéologie, de destinataire , au mépris, scandaleux, de l’attribuer à qui n’en a pas besoin, au détriment de ceux qui en ont un besoin vital pour travailler, au risque de leur vie.
    N’est-ce pas criminel ???

    23 juillet 2017 à 14 h 36 min
  • Masca38

    Le peuple Français recherche d’une façon urgente ” une équipe ” à même de gérer convenablement la France afin de pouvoir :. éviter le dépôt de bilan en remboursant au plus vite notre endettement, sécuriser notre territoire, créer des formations, des emplois et s’éviter durablement de déclencher un guerre nationale et mondiale. Dur, dur !!!

    24 juillet 2017 à 2 h 06 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services