Haut

Pacte mondial sur la migration/ Le Secours Catholique reconnait avoir influencé le processus (Vidéo)

Pacte mondial sur la migration/ Le Secours Catholique reconnait avoir influencé le processus (Vidéo)

 

En quoi l’adoption de ce pacte est une avancée pour les migrants aux yeux du Secours Catholique  ?

Tout d’abord ce pacte est historique, vu que c’est la première fois que les États membres de l’ONU se réunissent autour de la même table sur le thème de la migration.

Alors que la migration est au cœur de l’actualité mondiale, il n’y a pas eu de négociations internationales sur le sujet depuis 1990 et la signature de la Convention internationale des droits des travailleurs migrants.

(…)

Comment le Secours Catholique a-t-il tenté d’influencer le processus de rédaction du pacte  ?

Nous travaillons sur le sujet depuis plusieurs années, tout d’abord en essayant d’influencer la position de la France, mais aussi celle de l’Union européenne.

Au niveau mondial, nous avons travaillé avec d’autres organisations de la société civile pour proposer un seul et même document de plaidoyer aux États, avec l’ensemble de nos recommandations – et le Secours Catholique est d’ailleurs la seule ONG française à avoir participé à la rédaction de ce document.

C’était fort et important d’avoir une voix unique de la société civile internationale dès le début des négociations.

Quels points avez-vous obtenus dans le pacte final adopté à Marrakech  ?

Tout d’abord les États reconnaissent qu’il faut développer des voies légales de migration. Il est vrai que le texte cible principalement les travailleurs migrants, mais – et c’est important pour nous – il entérine aussi l’idée des visas humanitaires et du regroupement familial.

(…)

« La contribution positive des migrants est reconnue en terme économique et en terme d’enrichissement culturel des sociétés. »

Le texte rappelle par ailleurs la nécessité de l’accès des migrants aux services de base. Alors certes, ces services ne sont pas définis dans le pacte, mais nous pensons pouvoir nous appuyer sur des textes internationaux antérieurs pour exiger l’accès à la santé, à l’éducation, à l’hébergement…

Enfin – et là aussi c’est une première – la contribution positive des migrants est reconnue en terme économique et en terme d’enrichissement culturel des sociétés. Et ça fait du bien d’avoir ce discours positif à l’égard des personnes migrantes  !

(…)

Le texte n’est pas contraignant. Est-ce un frein à sa mise en œuvre  ?
Non car les juristes le disent : les textes contraignants sont appliqués s’ils sont accompagnés de mécanismes d’examen. Tout dépendra en fait de l’action de la société civile et de l’opinion publique : nous allons œuvrer pour l’application au niveau national du pacte.

Par ailleurs le fait que des États (États-Unis, Hongrie, Autriche) se soient retirés du processus – ce que nous déplorons – prouve que ce texte a aussi une portée à leurs yeux.

Pour conclure, doit-on se réjouir d’aller vers une gouvernance internationale des migrations ou plutôt la craindre  ?

Encore une fois : c’est un message fort de la communauté internationale en faveur du respect des droits des migrants. Ce pacte permet de faire évoluer positivement les droits des personnes migrantes. C’est donc un outil pour nous battre sur le terrain et faire appliquer le droit.

Source

Delit D'images
Pas de commentaires

Le formulaire de commentaires est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services