Nouvelle politique gastronomique des compagnies aériennes (Vidéo)

La gastronomie est devenue en quelques années le meilleur outil marketing pour se différencier de la concurrence. Car un avion reste un avion qui vole à la même vitesse, ou presque, et qui vous déposera au même aéroport. Pour se différencier, il n’y a donc, par-delà le confort du siège, que la qualité du service. Et, forcément, la gastronomie constitue un atout maître pour donner envie de préférer telle ou telle compagnie.

Tour à tour, les compagnies se sont donc dotées d’une politique « gastronomique ». La société Servair, spécialiste du catering aérien, s’est enrichi d’un Studio Culinaire de haut-vol pour améliorer les standards de qualité des repas proposés en vol. La création date de 2009. Depuis, chaque acteur de l’aérien y est allé de son partenariat, plus ou moins abouti, pour associer l’image de son entreprise avec un ou plusieurs grands noms de la gastronomie. Sauf qu’à chaque fois, ou presque, le joli plat était réservé aux « classes avant », c’est-à-dire la business et la première.

Pour la classe « éco », la belle gastronomie se dégustait sur papier glacé. Inversement, La Compagnie, elle, a tout compris. D’abord en faisant appel à des chefs qui ne sont pas multiétoilés mais qui incarnent réellement l’identité de la société. Ensuite, en proposant à tous leurs passagers – facile puisque La Compagnie ne propose que des sièges « business » – la même restauration. Surtout, la gastronomie embarquée est réellement embarquée !

Les quatre chefs participants – David Toutain, Jody Williams, Christophe Saintagne et Frédéric Duca) ont été présents sur certains vols pour présenter eux-mêmes leur plat et échanger avec les passagers. Enfin, La Compagnie entend événementialiser ses vols par d’autres moyens que la gastronomie. En avril dernier, le street artiste Kevin Lyons avait « habillé » les 85 hublots de l’avion avec ses créations. Peu de temps avant, le 27 mars, le réalisateur Claude Lelouch avait organisé une séance de dédicaces de son livre qui avait été offert à tous les passagers. Reste que la gastronomie constitue toujours le vecteur le plus évident pour créer de l’émotion en vol. Dégustation de champagne, menu Paul Bocuse ou dégustation de caviar, La Compagnie veut pousser plus loin les limites de l’expérience embarquée et entend renouveler sa collaboration avec les chefs. L’événementialisation de la gastronomie embarquée ne fait que commencer.

Source

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *