Du mur d’Hadrien au mur d’Antonin (Vidéo)

Construit à partir de 122 après J.-C., le mur d’Hadrien marquait la limite septentrionale de la province romaine de Britannia, qui couvrait l’Angleterre, le pays de Galles et le sud de l’Écosse. Avec ses 5m de haut et ses 3 m de large, il s’étirait s’étend sur environ 120 km, du fleuve Tyne à l’est jusqu’au Solway Firth (estuaire) à l’ouest.

L’empereur romain Hadrien (76-138 après J.-C.) décida de sa construction à la suite de sa visite dans la province de Bretagne, convaincu que son empire ne s’étendrait pas plus au nord de la Britannia et qu’il fallait en fixer les limites. Les travaux durèrent 6 ans et mobilisèrent trois légions romaines. Au cours des années, l’ouvrage fut renforcé et remanié ; des tronçons qui n’étaient que de simples élévations de terre furent reconstruits en pierre tandis que des fortins, des postes de guet et des tours furent élevés à intervalles réguliers sur toute sa longueur.

Pendant trois siècles, le mur d’Hadrien est resté la plus impressionnante des frontières de l’empire Romain. Une grande partie de l’édifice existe toujours, en particulier dans le milieu de son tracé. Inscrit au patrimoine historique mondial de l’UNESCO en 1987, le mur d’Hadrien est aujourd’hui l’attraction touristique la plus populaire du nord de l’Angleterre. Pour les archéologues, c’est aussi un incroyable témoin du passé, une fenêtre ouverte sur l’histoire de cette période durant laquelle l’Angleterre était occupée par les Romains. Si les personnes qui vivaient à proximité du mur ont disparu, elles ont en effet laissé de nombreuses traces de leur présence qui nous racontent avec une profusion de détails qui elles étaient et comment s’organisait leur quotidien.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *