Le moment populiste. Droite gauche, c’est fini d’Alain de Benoist

Le moment populiste. Droite gauche, c’est fini d’Alain de Benoist

Alain de Benoist, avec la clarté didactique et la fluidité stylistique qu’on lui connaît, nous gratifie d’un essai substantiel sur ce qu’il appelle le « moment populiste », laissant peut-être sous-entendre que le populisme annonce davantage une nouvelle ère politique que l’avènement véritable d’un peuple démiurgique qui se substituerait aux élites dirigeantes, politiques, financières et médiatiques. Surtout, et c’est la thèse centrale du livre annoncée par un sous-titre exclamatif, ce moment sonnerait l’hallali à terre du vieux clivage droite-gauche.

Partout, constate Benoist, « les coups de boutoir de la protestation populiste » ont littéralement renversé les paradigmes habituels de la bipartition de la vie politique occidentale (de l’Europe aux États-Unis), en convoquant dans le ronronnant jeu de quilles électoral un tiers, jusque-là exclu, le peuple, celui-ci reportant ses suffrages sur des tribuns ou des partis réputés « extrêmes » par le Système. Le consensus mou et anesthésiant vole en éclats, réintroduisant, du même coup, la notion intrinsèquement démocratique du « conflit maîtrisé », attendu, précisément, que « la démocratie n’est pas soluble dans le procédural, car elle est de forme agonistique ».

À cette aune, le fracassant retour du peuple au sein de son amnios principiel qu’est l’affrontement démocratique pacifié – et légitimé en tant que tel – fait resurgir ce que l’apathie de nos sociétés consuméristes avait subsumé sous l’épais édredon hédoniste de l’amollissant confort égo-individualiste, à savoir la dimension tragique de l’existence ; en l’occurrence, celle du politique qu’un certain universalisme unanimiste a cru évacuer à peu de frais en tournant le dos à l’ontologique discrimination schmittienne de l’ami et l’ennemi.

Au travers d’une douzaine de chapitres – bâtis à l’ombre tutélaire de penseurs radicaux essentiels tels que Jean-Claude Michéa, Ernesto Laclau, Costanzo Preve, Paul Piccone, Christopher Lasch, Thibault Isabel, etc

 Benoist fait ressortir, selon nous, deux traits saillants caractérisant cet instant populiste : la fatigue générale qui a gagné, jusqu’à l’exaspération, les couches populaires, d’une part, la chute finale des grandes idéologies structurantes – que notre auteur dénomme « les grands récits » – qui ordonnaient les rapports sociaux et charpentaient les mentalités, d’autre part.
Ne trouvant plus d’écho au sein d’une classe politique endogamique et interchangeable, le pays réel s’en est progressivement détourné, à proportion du mépris croissant dans lequel ceux-là finissent par tenir celui-ci, notamment en le diluant contre son gré dans un immigrationnisme d’indifférenciation et en immolant les patries héréditaires, indivises et charnelles aux bûchers holocaustiques du mondialisme transfrontiériste. Quant aux idéologies qui conféraient un sens à la vie (qui ne se résume pas, en effet, à un indice de croissance ou à un crédit renouvelable), comme le socialisme ou le christianisme, elles se sont noyées corps et bien dans « les eaux glacées du calcul égoïste », pour reprendre la saisissante formule de Marx.

Il résulte de ces effondrements une crise profonde d’identité affectant l’être même des peuples et qui les pousse tout autant à « l’accablement », au « désenchantement » et à la « désillusion ». En phénoménologue avisé, Alain de Benoist s’attache à saisir l’essence du populisme ressenti par les intéressés comme une indicible fracture : « Le déchaînement des logiques de l’illimité dans un monde privé de repères suscite dans les esprits un malaise identitaire et existentiel profond. Quand on parle de populisme, il faut tenir compte de ce malaise encore aggravé par l’intériorisation de l’idée qu’il n’y a pas d’alternative à la disparition de tout horizon de sens au sein du monde de la reproduction économique : “Le monde ne doit plus être ni interprété, ni changé : il doit être supporté” (Peter Sloterdijk) » [philosophe allemand connu pour sa critique originale de la modernité organisée, entre autres, autour de la figure du « cynique » NDLR].

Aristide Leucate –  Boulevard Voltaire

Partager

2 commentaires

Commentaires fermés