Mise en difficulté par un député, la Schiappa pique sa crise! (Vidéo)

Comme son idole Macronix, Schiappa ne supporte pas la contradiction encore moins d’être prise en défaut.

Le ton est singulièrement monté dans la nuit de mardi à mercredi à l’Assemblée nationale où les députés ont veillé jusque tard pour achever l’examen du projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes porté par la ministre Marlène Schiappa. Comme cela était attendu, l’adoption de l’article 2, très décrié par certains députés de l’opposition et des associations, a concentré l’essentiel des attaques visant le gouvernement, accusé d’avoir renié sa parole en proposant une version allégée du texte.

Cet article précise dans le code pénal que, dans le cas d’un viol, “lorsque les faits sont commis sur un mineur de 15 ans”, la contrainte ou la surprise pourront également être caractérisées par “l’abus de vulnérabilité de la victime ne disposant pas du discernement nécessaire pour consentir à ses actes”. Une formulation qui entend “faciliter” les condamnations pour viols sur mineurs mais qui est loin de l’intention initiale d’instaurer une “présomption de non-consentement”.

Le député Les Républicains Fabien di Filippo à juste titre a attaqué  la secrétaire d’Etat en charge de l’Egalité entre les hommes et les femmes. “Madame la ministre, ce qui est irresponsable et incompréhensible pour les Français, c’est que vous puissiez manquer à votre parole et faire passer votre conception libertaire des rapports sexuels, y compris entre mineurs et majeurs, avant la protection de nos enfants!”, a déclaré au micro le parlementaire, dans ce qui ressemblait à une allusion au passé d’écrivaine de romans érotiques de la ministre.

Marlène Schiappa qui n’assume pas son passé d’auteur de livres imbéciles et malsains s’est indignée . “Je demande une suspension de séance. M. le député Filippo n’a pas à m’insulter de la sorte ni à faire de suppositions qui sont totalement déplacées dans le cadre des débats qui démontrent une fois encore sa misogynie crasse et son ignorance profonde de ce qu’est la liberté des femmes”.

“Ces réactions n’ont pas lieu parce que vous êtes une femme et c’est une femme qui vous parle. Elles ont lieu parce que vous fustigez nos propositions; Et je crois que vous desservez la cause des femmes lorsque vous vous mettez dans un rôle de femme au lieu de vous mettre dans un rôle de ministre”,a alors rétorqué la députée LR de Savoie Emilie Bonnivard, sous les encouragements de l’opposition de droite.

Celle qui se faisait un chignon pour être écoutée… a depuis longtemps relâché sa tignasse et hurle pour être entendue, corroborant à nouveau son inélégance totale et sa stupidité.

Partager

2 commentaires

  1. CARTIER MIREILLE

    Cette brave femme est-elle mère ? Je souhaite qu’elle n’est aucun de ses enfants victimes de viols!….. Dieu merci, je n’ai pas eu à vivre cela étant enfant, ni mes enfants aujourd’hui adultes !…… la société est dépravée, et quand on est dans les hautes sphères de l’Etat, il me semble que l’on se doit d’avoir un comportement exemplaire. Comme nous le devons face à nos enfants.

Commentaires fermés