Mary et la fleur de la sorcière (Bande-annonce)

Mary et la Fleur de la Sorcière – Meari to majo no hana, en VO – est un conte japonais qui s’inspire d’un livre pour enfant britannique des années 1970 écrit par Marie Stewart. Le film s’adresse donc évidemment avant tout, voire exclusivement, au jeune public. L’affiche du film avec une petite fille rousse et son balais volant, comme la première moitié du récit, peuvent faire craindre le pire, à savoir une énième présentation des sorciers, dans leur grande masse, comme des individus bien intentionnés, extravagants tout au plus pour certains, à la Harry Potter. Il n’en est heureusement rien. Les sorciers du film cherchent à séduire Mary pour l’utiliser sans ménagements et se montrent méchants. La petite Mary, tentée à un moment par une carrière de sorcière, la rejettera absolument, comme tout usage de la sorcellerie et de la magie. C’est là une bonne morale.
 

Mary et la Fleur de la Sorcière, un film pour distraire les enfants
 
La petite Mary passe ses longues vacances d’été dans une campagne profonde, dans la vaste villa de sa grande tante Charlotte. Cette dernière forme l’essentiel de sa société avec une vieille cuisinière et un vieux jardinier. Mary s’ennuie dans un univers sans internet ni jeux vidéos. Pleine de bonne volonté, elle s’essaye à la cuisine et au jardinage et, malgré des conseils éclairés des adultes expérimentés, n’arrive à rien du fait de sa maladresse. Puis, elle rencontre un petit voisin de son âge, qui travaille déjà comme coursier afin d’aider sa maman, veuve et malade. Mary s’intéresse à lui. Les enfants sympathisent, après un premier contact quelque peu difficile. Lors d’une sortie en forêt, Mary trouve de très rares fleurs de sorcières… Elle n’en comprend pas l’importance ; elles la mettront en contact avec le monde des sorciers qui vivent, au sens propre, dans des nuages. Nous ne raconterons pas ici les aventures de Mary et de son petit camarade, enlevé par les sorciers, et de leurs amis les animaux qui font face à de méchants adeptes de sciences occultes, mêlant chapeaux pointus et alambics. Les sorciers entendent réaliser des expériences monstrueuses, sous la direction du sinistre Docteur Dee. Toutefois, cette monstruosité nous semble malgré tout visible par le jeune public, car les monstres fabriqués sont des mélanges surprenants de différents animaux. Le film ne comporte aucune scène choquante, même s’il n’est peut-être pas adapté aux moins de 5 ans.
 
Nous ne proposons ici qu’un avis d’adulte de bonne volonté, mais qui n’a pas été passionné à titre personnel par une histoire calibrée pour les 6-7 ans. Mary et la Fleur de la Sorcièrenous a semblé souffrir de quelques longueurs et d’un mélange bizarre et improbable de Japon et d’Angleterre pour le décor rural. Cependant, le film devrait pouvoir distraire les enfants, et c’est bien le but.

 

 

Lu sur RITV

Partager