Quand Marianne se voile – Peut-on intégrer l’islam ?

Quand Marianne se voile – Peut-on intégrer l’islam ?

Dans le livre intitulé Un président ne devrait pas dire ça… (publié chez Stock en 2016 par deux journalistes d’investigation du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme) et qui coûta sans doute l’Elysée à François Hollande, celui-ci formulait cette prédiction : « La femme voilée d’aujourd’hui sera la Marianne de demain. » Est-ce cette phrase qui a donné l’idée de son essai à Jean-Pierre Bedou, saint-cyrien et général de gendarmerie ? Arabisant et fin connaisseur du Coran, l’auteur entend montrer, sourates à l’appui, que rien n’y précise l’obligation du voile (et moins encore du burkini !) ni d’ailleurs les incessantes revendications sur les menus des cantines scolaires ou pénitentiaires, l’interdiction des sessions du baccalauréat et des examens importants le vendredi, le respect du jeûne du ramadan (y compris par les « mécréants » dans les cités où ceux-ci sont devenus minoritaires), l’exigence de mosquées-cathédrales au minaret surplombant les clochers voisins comme à Toulouse, etc. A juste titre, il estime que ces revendications sont avant tout identitaires – de même que la victimisation entretenue autour des Croisades et, surtout, bizarrement, de la colonisation dont le souvenir affreux devrait en bonne logique dissuader ses victimes ou leurs descendants de rallier en masse un pays qui les a tant fait souffrir. En s’attaquant à la laïcité dont la France se fait gloire, avance-t-il aussi, c’est en fait notre nation que visent les musulmans.

Conséquence du criminel décret pris le 29 avril 1976 par le tandem Giscard-Chirac sur le regroupement familial et l’afflux qui s’ensuivit, « depuis les années 1980-1990, écrit le général, la cohabitation entre la population de souche judéo-chrétienne (sic) et la population islamique de souche immigrée arrivée dans le courant du XXe siècle pose […] un certain nombre de difficultés ». Résultant, « en particulier d’une différence entre les deux populations, avec surtout la part prépondérante d’une religion si différente de celles implantées en France ». Religion au surplus non structurée :

« Ses responsables peuvent s’autoproclamer imams sans vérification approfondie de leurs connaissances théologiques. A cela il faut ajouter les difficultés d’ordre doctrinal dues à des conceptions divergentes, qui proviennent de l’origine nationale des immigrés… C’est pour cette raison que nos gouvernements successifs ont eu et ont encore des difficultés pour créer un véritable organisme représentatif de toutes ces tendances et surtout de le faire accepter par une majorité d’islamiques. »

Ce qui n’est pas le cas du Conseil français du culte musulman.

Pour l’auteur, « la vision ségrégationniste des sexes de la part des islamiques » est également source de tensions. Celles-ci ne seraient-elles pas plutôt provoquées par les « incivilités » vis-à-vis des femmes autochtones, comme on l’a vu dans le quartier de La Chapelle-Pajol livré aux migrants ? et par une délinquance endémique, favorisée par la déculturation de beaucoup d’immigrés, eux-mêmes déjà déracinés du bled vers les bidonvilles d’Afrique du Nord ou subsaharienne, au sein de familles atomisées ?

De manière assez irénique, le général professe que « l’islam peut être compatible avec la République » à condition que « diverses prescriptions de la religion islamique [soient] adaptées […] à nos traditions et valeurs, et non l’inverse, pour permettre à tous les Français de vivre ensemble en bonne harmonie, dans le respect démocratique de notre laïcité » et que « les islamiques présents sur notre sol admettent le principe […] du respect de notre vieille culture judéo-chrétienne ». Bref, il souhaite qu’émerge « un islam novateur, capable d’adapter et reformuler la loi islamique ».

Ne serait-ce pas un mirage alors que pas mal d’immigrés sont venus chez nous pour fuir justement des régimes trop laïcs à leurs yeux ? Notre général, qui salue les efforts de l’ex-ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem pour inciter les musulmans à « s’intégrer dans notre société-judéo-chrétienne », espère beaucoup en l’action pacificatrice d’imams réputés « modérés » comme le Bordelais Tarek Oubrou, protégé d’Alain Juppé, ou le Francîlien Hassen Chalgoumi, « défenseur des juifs » – et qui, a révélé le 1er juillet la lettre confidentielle Faits & Documents, a « désormais quitté son pavillon de Drancy (Seine-Saint-Denis) pour un appartement dans un superbe immeuble haussmannien de l’avenue Montaigne (VIIIe arrondissement de Paris), à deux pas du Pont de l’Alma»… où les musulmans lambda à ramener dans le droit chemin laïciste ne doivent pas être très nombreux.

Camille Galic – Polémia

Jean-Pierrre Badou, Quand Marianne se voile/Peut-on intégrer l’islam ?, Pierre Téqui éd. avril 2017, 198 pages avec bibliographie et annexes.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *