Mangées: une histoire des mères lyonnaises (Vidéo)

Qu’elles aient basculé dans le luxe, façon Brazier, ou soient restées fidèles à une cuisine plus économe, les mères avaient nourri la ville entière. On passait de l’une à l’autre comme on change de chemise, se régalant ici d’une tarte légère à la praline, là d’un saint-marcellin crémeux ou d’une salade de cochonnailles. Souvent du solide, parfois de l’aérien. Toujours des produits frais. Pas de congélateur et quelquefois (chez les anciennes) pas de frigo. Elles formaient à elles seules une famille méconnue, hétéroclite et laborieuse, dessinant une géographie sociale de la ville, déroulant un siècle d’histoire.

Elles avaient façonné les quartiers, les avaient bercés, accompagnés.” C’est avec la mère Brazier qu’Etienne Augoyard commence son feuilleton sur les mères cuisinières pour Le Progrès de Lyon. Jamais à court d’informations ni d’envolées lyriques, le journaliste a bien l’intention de tout révéler sur celle à qui le Michelin attribua, dès 1933, trois étoiles pour ses deux restaurants. Mais Monica Jaget, sa camarade photographe, ne l’entend pas de cette oreille : ils n’ont que dix jours pour boucler leur série d’articles…

On comprend vite que le livre de Catherine Simon fonctionnera comme le “making of” de leur enquête. Au gré de leurs investigations – et de leurs querelles -, s’écrit sous nos yeux la vie de ces femmes de tête et de pouvoir, pionnières en matière de cuisine, mais aussi, sans le dire, d’émancipation féminine. Ces filles de ferme, travailleuses acharnées à qui rien n’a été offert, ont témoigné d’une volonté de fer pour ouvrir leurs propres restaurants, à une époque où elles n’étaient pas censées disposer seules d’un compte en banque ni gérer un commerce. Sur les traces des mères les plus célèbres – de La Génie à Marie – Thé Mora, en passant par Eugénie Brazier, Léa Bidaut ou Paule Castaing -, le récit nous invite à un voyage étonnant, à la fois historique et gastronomique, dans Lyon et ses environs.

Grâce au passionnant travail de Catherine Simon, les mères lyonnaises redeviennent ce qu’elles étaient : des femmes d’exception, à qui le monde de la restauration doit un chapitre essentiel de son histoire.

Partager