Haut

Le Macronix Imperator un despote irresponsable? (vidéo)

Le Macronix Imperator un despote irresponsable? (vidéo)

L’épisode Pierre de Villiers ne fait que confirmer les craintes, déjà exprimées notamment dans les médias – et par RT France alors que la «macron-mania» médiatique battait encore son plein – concernant l’approche «jupitérienne» du pouvoir d’Emmanuel Macron. Ou, pour reprendre l’expression de la juriste Mireille Delmas-Marty employée dans une tribune alarmiste de Libération de «despotisme doux».

Allergique à la critique, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner avait ainsi déjà appelé de façon très pédagogique les médias à ne pas trop attaquer la ministre du Travail Muriel Pénicaud, impliquée dans l’enquête sur le voyage d’Emmanuel Macron à Las Vegas en janvier 2016. Mais les députés de la majorité présidentielle ont aussi eu droit à leurs premières leçons, après que quelques voix dissonantes se sont fait entendre au sujet de la suppression des fonds de la réserve parlementaire dans le cadre du projet de loi de moralisation de la vie publique.

Pour la première fois, la majorité présidentielle, réputée docile et inexpérimentée, menace donc de ruer dans les brancards, et Emmanuel Macron se voit contraint de descendre des cimes afin de recadrer ses troupes.«Gardez cette culture du respect mutuel et du travail avec le gouvernement», a-t-il rappelé ce même 19 juillet avec douceur – mais fermeté bienveillante. Tout en articulant, dans la droite ligne de la réthorique du «en même temps», le président a tenu à répondre aux critiques de ses détracteurs. «Il n’y a pas de caporalisme ici, il n’y a pas d’ordre jupitérien, comme diraient certains», a-t-il martelé.

A charge donc des députés de la majorité présidentielle, pour beaucoup des novices, de faire l’exégèse de ces injonctions contradictoires, quitte à opter pour le système de la boîte à idées, certes ludique mais infantilisant. «Avec des idées que vous ferez monter», a précisé le président aux mêmes députés».

«Parce que c’est notre projet !»

Pourtant, à sa décharge, Emmanuel Macron ne prend personne par surprise. Candidat à la présidence, il avait annoncé sa méthode on ne peut plus clairement. «Chaque candidat qui sera investi [par En Marche!] signera avec moi le contrat avec la Nation», avait ainsi fait savoir le candidat en février 2017, au micro de France Inter. «Aucun candidat investi ne pourra exprimer de désaccord avec le cœur de notre projet», avait-il prévenu un mois avant lors d’une conférence de presse, le 19 janvier 2017. Une fois élu, Emmanuel Macron ne change pas de ligne. «Nous allons avoir beaucoup d’élus, presque trop, plus de 400. Il va falloir les encadrer pour éviter le foutoir», aurait déclaré Macron, selon le Canard enchaîné du 7 juin 2017 juste avant le premier tour des Législatives.

 La majorité présidentielle neutralisée, c’est donc à ce qu’il reste d’opposition à l’Assemblée nationale de faire entendre sa voix. Marine Le Pen, affaiblie par sa défaite à la présidentielle et les dissensions internes du Front national est tout de même montée au créneau pour défendre Pierre de Villiers. «Cette démission illustre les dérives très graves et les limites très inquiétantes de Monsieur Macron, aussi bien dans son attitude que dans sa politique», a-t-elle déploré dans un communiqué. Et de poursuivre : «Humilier devant ses troupes un homme comme le général de Villiers n’est pas digne d’un vrai chef des Armées. Sabrer dans le budget de la Défense, au mépris de sa propre parole et des dangers du monde, n’est pas digne d’un chef d’Etat lucide et responsable.»

Même son de cloche du côté de La France insoumise, où l’on condamne le limogeage du chef d’état-major. «La démission du général de Villiers est une preuve cinglante d’échec de la politique de Macron et de sa méthode brutale», a ainsi dénoncé le député insoumis Alexis de Corbières. «C’est une situation sidérante. Le général a participé à une réunion à huis clos et son devoir et son honneur est de répondre franchement, clairement, à toutes les questions qui lui sont posées», a tempêté pour sa part Jean-Luc Mélenchon. Et d’ajouter : «Si le général de Villiers s’exprime de cette manière là c’est parce qu’il y a un problème [sur le budget de la défense].» Face à la majorité silencieuse des quelque 360 députés LREM et Modem, l’opposition risque toutefois de ne pas faire le poids.

Source

Delit D'images
3 Commentaires
  • michèle chevrier

    il y en a pas mal qui vont regretter de ne pas avoir voter Marine Le Pen! les gens surtout les femmes se sont laissée séduire par le physique de Macron, il a amadoué les gens, ils sont tombés dans le piège, ils ont été sensibles par son histoire d’amour très spéciale avec Brigitte sa Mère d’âge!

    20 juillet 2017 à 13 h 27 min
  • broquin

    Tout à fait : un despote doublé d’un fasciste mal élevé et imbu de sa personne, un nombriliste taré!

    20 juillet 2017 à 15 h 15 min
  • VORONINE

    Les français ont élu un psychopate .Il présente tous les symptomes de cette pathologie : orgueil, absence d’empathie et de sens moral,instabilité, mensonge et dissimulation , passage à l’acte, absence de remords, Son comportement privé , sa situation familiale , comme sa vie publique vont dans ce sens . Les français, en ouvrzant un peu les yeux auraient pu le savoir, ils ne sont pas victimes , ils sont complices .

    23 juillet 2017 à 17 h 57 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services