“Macron vient de s’offrir sa première humiliation internationale” (Vidéo)

Invité à s’exprimer sur les frappes menées par les Etats-Unis et leurs alliés, le directeur de Stratpol a estimé que les preuves invoquées pour justifier cette action manquaient de fondement et qu’Emmanuel Macron n’aurait pas dû y engager la France.

Dans un entretien accordé à RT France le 14 avril, Xavier Moreau, directeur du centre d’analyses politico-stratégiques Stratpol, a déploré : «Ce qui est triste, c’est que la France reprend à son compte cette technique qui a été inventée par les Américains au début des années 2000 au moment de l’intervention en Irak et qui consiste à dire : “Nous avons des renseignements de nos services secrets.”»

Et de questionner : «Mais quels services secrets ? La direction du renseignement militaire ? La DGSE ? Là, en plus, on apprend que ce sont des renseignements issus des réseaux sociaux. Bien sûr que ce ne sont pas des services de renseignement. Ni la DGSE, ni la DRM [la Direction du renseignement militaire] ne se commettraient dans des choses pareilles.»

Selon le diagnostic de Xavier Moreau : «Ce ne sont que des officines qui tournent autour du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Défense […], des gens qui ont essayé de nous vendre en 2003, les armes de destruction massive de Saddam Hussein et qui ont repris du service pour fabriquer cette espèce de bobard grotesque qui fait qu’Emmanuel Macron vient de s’offrir sa première humiliation internationale.»

 

Source

 

Partager

2 commentaires

  1. DOUCET

    Mais est ce vraiment sa première humiliation internationale?
    Il me semble plutôt qu’il persévère… dans l’erreur, bien sûr.

  2. Trannod

    Influencer l’opinion publique en faussant ou en filtrant l’information
    En 1990 et en 1991, les autorités américaines utilisent les médias pour obtenir l’approbation de l’opinion publique quant à leur offensive. Elles poussent la télévision américaine à marginaliser l’opposition au conflit. Le 14 octobre 1990, la manipulation atteint son comble lorsqu’une fausse infirmière, la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington, dénonce des horreurs perpétrées par les soldats irakiens. Ce témoignage est monté de toutes pièces par une firme de relations publiques. Il contribue néanmoins à créer un mouvement favorable à l’intervention occidentale au Koweït.
    Durant la guerre du Golfe, seulement 30 journalistes, sélectionnés par l’armée américaine, se trouvent sur le champ de bataille. Les 1400 autres journalistes affectés à la couverture du conflit sont confinés dans des hôtels d’Arabie saoudite. Pour rapporter des nouvelles, ils doivent se fier aux conférences de presse de l’armée américaine, lire les fils de presse ou regarder les bulletins de nouvelles à la télévision.

    Macro…n…………….. est ……..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *