Haut

Lettres inédites à Trébutien

Lettres inédites à Trébutien

Cet ensemble de lettres inédites de Barbey d’Aurevilly à Trebutien, déposées à la bibliothèque publique d’Alençon, constitue une découverte essentielle dans la littérature du XIXe siècle. Il complète le volume des Lettres à Trebutien, prix Sévigné 2014 qui ressort en même temps.
• Elles expliquent beaucoup de malentendus et de non-dits entre les deux hommes et contiennent des appréciations capitales sur le procès des Fleurs du Mal de Baudelaire.
• Édition établie par Philippe Berthier.

Les Lettres à Trebutien, assurément l’une des plus belles corresondances du XIXe siècle, avaient été très tôt envisagées par Barbey lui-même comme devant faire l’objet d’une publication. Il n’était pas loin d’y voir son chef-d’œuvre. Outre l’information incomparable qu’elles nous offrent sur le travail au jour le jour du critique et du romancier, ses fréquentations, ses opinions, goûts et dégoûts, ses luttes pour s’imposer, ses ambitions et ses doutes, sa vie sentimentale, ses projets, elles nous régalent d’une fête de style d’autant plus opulente que, toutes censures levées et dans le déshabillé de l’intime, l’épistolier s’ébroue en parfaite liberté. Ton, geste, Barbey à chaque phrase surgit intégral, de pied en cap, et nous ” fait présence ” intensément, comme disait sa chère Eugénie de Guérin. À quoi s’ajoute un fascinant document psychologique sur une amitié flamboyante, mais très complexe et vite déséquilibrée : un exilé solaire (ou se voulant tel) et conquérant se répand en protestations d’affection hyperboliques cachant mal qu’il exploite un partenaire taillable et corvéable à merci, voué à contempler de loin, avec des sentiments mêlés d’admiration sincère et d’inavouable jalousie, la trajectoire astrale à laquelle il a beaucoup contribué, tout en sachant qu’il n’existera que par les rayons qu’elle aura fait tomber sur lui. Et la postérité a confirmé ces craintes : Trebutien, dont les réponses sont perdues, n’est plus pour nous aujourd’hui que le destinataire muet des lettres de Barbey. C’est injuste assurément, car cet orientaliste et médiéviste érudit, sans parler de ses exceptionnelles qualités de dévouement, méritait d’exister par lui-même, mais tel était son destin : être le clair de lune de plus brillant que lui.
Ces nouvelles lettres où sont abordés de nombreux sujets importants comme la pulbication de Madame Bovary et des Fleurs du Mal, les morts de Béranger et de Custine, ne sont pas moins intenses que celles déjà connues, mais permettent d’approfondir cette relation complexe.

Delit D'images
Pas de commentaires

Le formulaire de commentaires est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services