Haut

Lettre à Monique, députée du Grand Remplacement!

Lettre à Monique, députée du Grand Remplacement!

Monique, ah Monique ! Je viens de lire ton petit édito (cci-dessous), qu’on se repasse sous le manteau, depuis la semaine dernière, un peu comme ces photos pornographiques de l’entre-deux-guerres, comme un souvenir ému d’un temps révolu.

Ah Monique, ma Monique ! Tu ne m’en voudras pas de te tutoyer, puisque, tel un avatar féminin d’OSS 117 version Jean Dujardin, tu as toi-même choisi de tutoyer le migrant. Ton texte fleure tellement la supériorité coloniale, ma Monique, qu’il y manque juste « Bamboula » pour parfaire le tableau. Je te vois brandir une photo de François Hollande devant le nez de l’ingénieur-syrien-ressemblant-curieusement-à-un-Malien, en lui expliquant : “C’est ton Président, et il aime les Syriens, les Maliens, et il t’aime toi, en particulier.”

Ah Monique, ma Monique ! Je t’imagine tellement bien, au conseil pastoral, expliquant à monsieur le curé, engoncé dans son pull à col roulé, qu’il faut que la paroisse fasse une action militante pour accueillir ces pauvres réfugiés désespérés ! Tu t’es même probablement proposée pour écrire la prière universelle : Pour que nous sachions nous enrichir de l’Autre qui nous rend notre dignité, prions !

Ah Monique, ma Monique ! Tu détestes tellement ton peuple, ces petits Blancs qui doivent s’excuser d’aimer la civilisation, que tu en oublies même l’orthographe. C’est bizarre, tout de même, ces Français que tu écris « français ». Comme une volonté d’abaisser. Comme une trahison. Trois fois. Entends-tu le coq chanter, Monique ?

Tes anathèmes, Monique : « Ces français-là ne reflètent pas l’âme de la France. » (sic), dis-tu, ne sont que les symptômes de ta complète déconnexion des réalités du peuple de France dont tu es élue. Que sais-tu du peuple, femme qui n’as jamais travaillé ?

Monique, ma Monique, des voix parlent-elles dans ta tête ?

« Entendre que les migrants seraient forcément des criminels me fait horreur. »
Mais où entends-tu ça, Mo’ ? Prends-tu tes cauchemars pour des réalités ? N’as-tu vraiment pas compris de qui tu fais le jeu, n’as-tu vraiment pas saisi ce à quoi tu participes, naïve que tu es ?

Ah Monique, ma Monique. Évidemment, le bel Érythréen musculeux qui débarque dans ton quartier et qui n’a pas vu une femme depuis trois ans (les blondasses hommasses des assocs à Calais, ça ne compte pas), forcément, ça chatouille, hein ? C’est autre chose que l’aréopage d’élus bedonnants qui sont toute ta vie depuis le milieu des années 70 ! As-tu consulté Freud pour essayer de comprendre ton attitude ?

Monique, ma Monique. Tu es probablement une brave fille, qui croit bien faire. Alors comme ça, parce que je ne te veux pas de mal malgré le mal que tu me fais, parce que quand je vois les photos de tes proches avec leurs colliers de barbe à la mode PS, je me dis que tu n’as pas eu trop de chance dans la vie, je vais te donner un conseil : déménage. Expatrie-toi. Vite. Car il serait dommage qu’un jour de révolution, le peuple, ce peuple sur lequel tu vomis, ce peuple que tu trahis chaque minute de ta pauvre vie, ce peuple de France de quinze siècles vienne te chercher. Il est même possible qu’un ex-migrant, alors bien intégré et sincèrement tombé amoureux de la France, te poursuive, aidé par des petits Blancs, pour haute trahison… Et tu le regarderas encore de tes yeux délavés, bouffis de larmes. Sans rien comprendre, comme d’habitude.

Robin de La roche – Boulevard Voltaire

xvm462db95a-f6ff-11e4-a245-4f250939d5e2

Bienvenue chez nous, tu y seras chez toi

Publié le 21 octobre 2016

Je ne sais pas qui tu es, ni d’où tu viens. Je ne sais pas ce que tu fuis : la guerre ? La faim ? La torture ? Le souci des tiens confrontés à l’extrême pauvreté ? Je sais que forcément ce fut pour toi un déchirement absolu de quitter ta famille, ta maison, ton métier. Pour venir chez nous, tu as affronté la cupidité des passeurs, les mers, le froid, la rue.

Le 25 août 2015, il pleuvait terriblement sur Calais. Je t’ai aperçu dans la «jungle». Instantanément tu es devenu, au creux de mon ventre, non plus «la crise migratoire» mais une personne. J’ai eu très mal de ta souffrance si visible, si honteuse.
Certains français chez nous trouvent que ta place est là-bas sur les champs de bataille ou dans les bidonvilles. Plus triste encore, des français ont oublié que certains des nôtres, comme toi, ont dû quitter notre pays pour échapper aux trains de la mort avant d’être accueillis par des Justes, dans des pays qui leur ont ouvert les bras.
Sache que ces français-là ne reflètent pas l’âme de la France.

Ici sur notre Pays de Retz, terre de modération et d’humanité, des collectifs généreux sont nés pour t’accueillir, toi et les tiens. Dans nos communes, des élus se sont engagés depuis le premier jour et le représentant de l’Etat a pris sa juste part, avec le concours d’une association expérimentée, pour t’offrir à Saint Brévin les Pins, un lieu de repos et pour t’accompagner dans tes démarches et ta reconstruction personnelle.
Ces engagements divers sont cet autre visage de la France.

Pour répondre à la haine qui a pu se manifester, sans naïveté je veux te redire, à toi et aux tiens, que nous n’avons pas peur de vous. Vous êtes nos amis, nos frères, nos pères, des êtres humains, avec vos faiblesses et vos forces. Entendre que les migrants seraient forcément des criminels me fait horreur. Je voudrais au contraire vous aider à retrouver votre dignité bafouée sur les mers et dans les broussailles de Calais.
À toi, migrant inconnu, je souhaite la bienvenue. Je serai heureuse de te rencontrer, de t’entendre, de partager. La fraternité créée t’aidera, je l’espère, à surmonter les obstacles qui subsistent. Car bientôt tu recevras des papiers actant la régularité de ta présence parmi nous. A ce moment précis tu seras sans doute très heureux. Mais ton combat ne sera pas achevé : les tiens seront encore exposés à l’extrême pauvreté, à la mort peut-être. Tu voudras travailler dur pour les aider. Tu vivras alors douloureusement le manque de reconnaissance car tes diplômes n’auront aucune valeur aux yeux de ceux qui devront reconnaître tes compétences professionnelles. Il te faudra peut-être accepter des petits boulots pour survivre. Dans la fatigue et la solitude, tu perdras parfois ton esprit combatif. Tu liras alors dans les yeux, au pire l’ignorance et le mépris, au mieux la pitié.

Trop souvent ces questions sont abordées de manière unilatérale comme si seul l’étranger avait besoin de nous. Mais moi je veux que tu saches combien nous avons besoin de toi. La relation humaine, vraie, ne se construit que dans l’échange. Dans ce monde occidental, qui abandonne progressivement sa philosophie des droits de l’Homme au profit de biens plus matériels, et qui préfère la circulation des biens et des capitaux à celle des personnes étrangères, nous avons besoin de toi. Tu peux nous aider à un sursaut salutaire.

C’est par les actions que nous mènerons chacun de notre côté et c’est dans l’amour de l’être humain que nous retrouverons, toi et moi, toi et le peuple de France, notre dignité. Pour tout ce monde à renaître je te remercie.

Source: blog Monique Rabin

Delit D'images
6 Commentaires
  • PAUL ORTEMANN

    La lettre de Robin de la Roche a tout dit et avec un humour acide remarquable ! La lettre de Monique Rabin (qui devrait s’appeler “Larbin”) fait honte à la France . Que fout cette femme chez nous ?

    27 octobre 2016 à 14 h 48 min
  • ALBERT

    Il faut vraiment aller dans le fond des latrines de la “gauche” pour trouver des excréments de la sorte !
    Autant on est dégouté par les immondices de Rabin, (Avec un R majuscule), autant on apprécie, à l’air pur, l’élégance de Robin de la Roche ! (Avec des R à l’échelle de son talent…)

    29 octobre 2016 à 15 h 08 min
  • montecristo

    Il aura fallu 5 ans pour que les Français comprennent et pour que Hollande tombe à 4% …
    Ce sera la même chose avec les immigrés envahisseurs.
    Tous les collabos finiront bien par comprendre !

    29 octobre 2016 à 15 h 51 min
  • angel

    Monique Monique …..bientôt tu verra la réalité en face ! et c jour là! tu t rappellera les blagues de Coluche Monique 2 qui l’attrapent et ……. 3 ….

    29 octobre 2016 à 17 h 22 min
  • Deschamps

    Mme la députée, je comprends votre amour pour ces gens et votre dégout pour la guerre qu’ils ont fuient, mais j’aimerais savoir pourquoi vous n’avez pas autant d’amour pour nos pauvres dans les rues qui n’arrivent pas à se loger malgré leur salaire et leur travail, j’aimerais comprendre pourquoi vous préférez que cela soit nos soldats qui aillent se faire tuer dans ces pays, ou nous n’avons rien à y faire, ou nous semons la zizanie, et nous provoquons cette immigration, ou comme en Syrie nous faisons de l’ingérence !
    Pourquoi nos jeunes soldats doivent-ils mourir et défendre un pays inconnu, à la place de ces jeunes gaillards qui pourraient défendre leur propre pays ? ou sont les femmes et les enfants qui devraient être les vrais réfugiés de cette guerre ?
    Aujourd’hui, nous sommes en guerre, et c’est le socialisme au pouvoir, comme pour la guerre d’Algérie avec la SFIO ( socialisme), comme en 1940 ou le gouvernement de vichy était socialiste, ou déjà votre parti collaborait avec l’envahisseur !
    D’autre part j’ignorais que tous ces gens qui arrivent avaient leur pays en guerre, comme l’Algérie, ou le Maroc ou l’Érythrée !
    vous salissez tout ce que vous touchez, vous provoquez le chaos par vos agissement, en France avec 5 millions de personnes sans emploi, nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde !
    Et pourquoi les pays comme l’Arabie saoudite ou le Qatar avec qui vous commercez, ne peuvent pas accueillir leurs voisins et les laisse faire 4000 Km pour venir rejoindre cette France si généreuse avec l’argent de ses contribuables !
    Ce qui est curieux , c’est que je n’ai encore vu aucun politique accueillir chez eux et avec leur propre argent, ces pauvres hères que vous chérissez tant !
    Enfin je vous conseille de suivre cette parole sage qui dit “ne donne pas de poisson a celui qui a faim, apprends-lui à pêcher”

    30 octobre 2016 à 8 h 00 min
    • ORTEMANN

      Remarquable commentaire où tout est dit . Mais ceux auxquels il s’adresse ont un cerveau perturbé se complaisant dans le dénigrement morbide de notre civilisation .

      30 octobre 2016 à 9 h 26 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services