Haut

Les Allemands ne veulent plus de Strasbourg

Les Allemands ne veulent plus de Strasbourg

Décidément, rien ne va plus au sein du « couple franco-allemand », dont les europhiles de tous poils et les grands médias nous avaient tant vanté la solidité et les prétendus bienfaits. Témoin : après leur exigence d’un partage (et même d’une réattribution !) de notre siège de membre permanent au conseil de sécurité de l’ONU au profit de l’UE, les Allemands reviennent maintenant à la charge en réclamant le transfert du Parlement européen à Bruxelles, au motif que sa localisation à Strasbourg serait « anachronique ». Une nouvelle provocation teutonne hautement révélatrice, hélas, de l’effacement progressif de notre pays de la scène internationale, et qui en annonce forcément d’autres si la France ne se décide pas à taper enfin très fort du poing sur la table. Raison de plus pour se ruer sur les urnes le 26 mai et faire le bon choix afin d’élire au Parlement d’authentiques « résistants » qui auront le courage de calmer les ardeurs de nos voisins d’outre-Rhin.

Le siège de Strasbourg, un « anachronisme » ?

Cette volonté allemande de regrouper à Bruxelles toutes les entités de l’UE n’est certes pas récente, mais elle est revenue brutalement sur le tapis le 9 mars dernier, quand, dans une lettre ouverte répondant à celle de Macron, la présidente de la CDU Annegret Kramp-Karrenbauer a proposé, tout en affirmant ne pas vouloir « attaquer la France », de « prendre des décisions trop longtemps différées » et d’« abolir les anachronismes ». Ce qui vaut notamment, précisait-elle « pour le regroupement du Parlement européen en son siège à Bruxelles ». Sans oublier, bien sûr, d’ajouter que l’UE « devrait à l’avenir être représentée par un siège permanent commun au Conseil de sécurité des Nations unies »… Et cette AKK (le diminutif de cette dame) est loin d’être isolée puisque, mercredi encore, Manfred Weber, membre de la CSU et candidat des conservateurs (PPE) à la présidence de la Commission, se disait favorable à un vote sur le sujet. Surtout, on se souvient très bien des déclarations de Merkel elle-même qui, lors d’une réunion du PPE à Munich en juin 2018, avait ardemment défendu cette idée.

Non, symbole de notre aura diplomatique

Bien sûr, du côté français, de très nombreuses voix s’élèvent contre cette idée qui, si elle venait à se concrétiser, porterait non seulement un nouveau coup à notre aura diplomatique déjà bien mal en point, mais entraînerait en outre la suppression de 28 000 postes. Une centaine d’élus LREM, emmenés par Loiseau, et soutenus par Macron, déclarant qu’« il n’[était] pas question d’abandonner le siège du Parlement européen à Strasbourg », ont même mis en ligne une pétition pour défendre le siège strasbourgeois… Mais comment croire tous ces gens, qui en sont aujourd’hui pitoyablement réduits à pétitionner, et dont le « gourou » lui-même se rend chaque fois à Bruxelles comme il irait à Canossa ?

Franck Deletraz – Présent

Delit D'images
1Commentaire
  • TRUDELLE

    28.000 emplois ? bigre ! mais à quoi sont-il occupés ces 28.000 fonctionnaires grassement payés, en franchise d’impôts sur le revenu et des retraites hors normes ? en revanche une économie immédiate de 1 million d’euros mensuels, représentant les frais de déménagement Strasbourg-Bruxelles des “papiers” pour “documenter” les sessions qui se tiennent à BRUXELLES…En France on préfère les impôts aux économies d’une bonne et saine gestion….

    20 mai 2019 à 8 h 35 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services