Haut

Le vrai visage de Manuel Valls d’Emmanuel Ratier (Vidéo)

Le vrai visage de Manuel Valls d’Emmanuel Ratier (Vidéo)

Unknown-19

Journaliste d’investigation, Emmanuel Ratier, qui a fondé il y a dix-huit ans la revue « quinzomadaire » (comme aurait dit Serge de Beketch) d’informations toutes plus confidentielles les unes que les autres Faits et Documents, publie aujourd’hui Le Vrai visage de Manuel Valls, une biographie sidérante qui va à l’encontre de tout ce que l’on croyait savoir sur le nouveau Premier ministre. De la famille aux entourages, de l’enfance à la franc-maçonnerie, sans oublier les « white » et les « blancos », tout y passe. L’intéressé y apparaît comme un « bipolaire » total, une espèce d’ambitieux au double visage qui dit « oui » un jour et « non » le lendemain, qui passe du noir au blanc sans jamais être troublé. Bref un « parle-menteur » qui a entièrement réécrit sa carrière. Nous avons rencontré Emmanuel Ratier afin d’approfondir les relations de Manuel Valls avec l’Eglise catholique.

— Emmanuel Ratier, vous publiez aujourd’hui une véritable bombe, Le Vrai visage de Manuel Valls, qui est une biographie pas du tout « autorisée » comme on dit dans le jargon de la presse people. Comment avez-vous fait pour l’écrire aussi vite ?

—  En réalité, j’ai attaqué cette biographie début janvier. Comme vous le savez, j’ai une très importante documentation, accumulée depuis plus de quarante ans. Bref de l’ager avant internet, la préhistoire, et on y trouve des pépites. Le personnage me paraissait avoir de la rouerie et de l’ambition. Souvenez-vous que Nicolas Sarkozy lui a demandé quatre ou cinq fois, entre 2007 et 2012, d’entrer dans son gouvernement. Comme ce Catalan ombrageux n’avait eu de cesse en 2013 de s’attaquer à La Manif pour tous ou aux militants nationalistes au lieu de faire son travail de ministre de l’Intérieur (c’est-à-dire pourchasser les délinquants), je me suis demandé ce qui pouvait le faire passer pour un « socialiste de droite ». Mais je ne pensais pas découvrir un tel personnage. Il y aurait déjà de quoi faire sur lui un film à succès, dans la veine de Petits meurtres entre amis.

— Pour résumer, qui est Manuels Valls ?

— Valls, c’est un ego démesuré au service d’une ambition maladive. En moins de trois ans, le « Petit Chose » est passé de l’anonymat (5,6 % à la primaire socialiste de 2011) à Matignon. C’est une espèce de bluff très largement reconstruit : issu de la plus haute bourgeoisie catalane par son père et d’une famille suisse enrichie dans le trafic de l’or par sa mère, ce fils d’un célèbre peintre catalan nullement anti-franquiste a grandi dans un milieu huppé, dans une maison située en face de l’île Saint-Louis. Ce qui lui a permis de fréquenter le gratin des beaux-arts mais aussi de la politique. Dès ses 18 ans, alors qu’il n’était même pas encore naturalisé français, il a passé un accord secret, appelé « pacte de Tolbiac », avec deux camarades au très brillant avenir, Stéphane Fouks, aujourd’hui pape des communicants socialistes et membre du comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France, et Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France et ponte de la sécurité urbaine. Son ascension doit beaucoup à ces deux hommes, avec lesquels il est demeuré étroitement lié. Comme l’indiquait Le Nouvel observateur (4 octobre 2012) : « Dans l’ombre de moins en moins tutélaire de François Hollande, Manuel Valls, cherchant la lumière, n’en finit pas de grimper le grand escalier du pouvoir. »

—  Quelles sont ses origines ?

—  C’est un point essentiel. Toutes ses origines, ses ancêtres, son histoire familiale et sans doute l’histoire de ses propres parents, va à l’encontre de la légende qu’il s’est créée : une espèce de fils d’immigré loqueteux, le rejeton d’un réfugié antifranquiste. En réalité, il n’en est rien. Tout d’abord, Manuel Carlo Valls Galfetti est né le 13 août 1962 à Barcelone (Espagne) à la clinique La Ferroviaria, rue Campoamor dans le quartier d’Horta, où est enracinée la famille Valls, à quelques encablures de la propriété du père de Manuel Valls. Qu’est-ce que cela montre ? Que les Valls n’étaient nullement interdits de séjour au tout début des années 60 en Espagne. C’est un des frères de son père, gynécologue dans l’Espagne franquiste, qui supervisa l’accouchement.

Par son père, il est issu d’une des plus grandes familles de la très haute bourgeoisie catholique catalane. Son arrière-grand-père, Jose Maria Valls i Vicens, juriste de formation, reprit avec son frère Agusti la banque de son père, la banque Magin Valls (le nom est un hommage à Saint-Magi, le saint patron de Tarragone). Etroitement lié à l’Eglise, ce notable assuma également des responsabilités politiques, comme la vice-présidence de la Ligue de Catalogne (catalaniste conservatrice) et fut, comme son frère, membre de la Chambre de commerce de Barcelone, dont il devint vice-président avant de mourir en 1907.

Son fils, Magi Valls i Marti, donc le grand-père de Manuel Valls, fut une figure des milieux intellectuels catalans du début du XXe siècle. Il fonda et développa la banque Pons i Valls qui existe toujours, après avoir connu des vicissitudes. Mieux, pour faire valoir ses convictions catholiques, le grand-père de Valls lança le quotidien conservateur et catholique El Mati (Le Matin). Ce quotidien fut interdit par les Rouges dès le début de l’insurrection, le 19 juillet 1936. Les locaux furent aussitôt saisis et attribués au Parti socialiste unifié de Catalogne, qui dissimulait le Parti communiste. Dès le 21, y fut imprimé son quotidien,Treball.

 Ce qui mettait automatiquement la famille Valls sur les listes de suspects ?

—  Exactement. J’ai retrouvé les mémoires inédits en français du père de Manuel Valls, La Meva caixa de Pandora. Ils ont été rédigés en catalan. On y découvre que le jour de l’insurrection, le prêtre de l’église Saint-Jean, située juste en face de la maison des Valls, dit spécialement la messe pour le grand-père de Manuels Valls. A noter que cette église, ainsi que le presbytère, seront incendiés par la Fédération anarchiste ibérique. C’est à la famille Valls que le prêtre chargea de cacher de nombreux ornements religieux. Les hosties consacrées furent cachées derrière un miroir (toute la famille faisant une génuflexion quand elle passait devant) et les objets du culte les plus précieux en or et argent furent jetés au fond du puits du jardin (ce qui devient une « fosse septique » dans la biographie de Valls de Hennen et Verdez !). Le père de Valls, âgé de 12 ans, fut chargé de porter le calice. Dans le même livre, le futur peintre raconte les exécutions sommaires et les assassinats perpétrés par les Rouges et comment il fut traumatisé.

—  On est donc très loin du réfugié antifranquiste ?

—  Il faut tordre le coup de la légende du père qui a « fui le régime franquiste pour se réfugier en France » et aux sorties régulières sur « l’ambiance de plomb du régime franquiste » qui aurait poussé son père à « émigrer » outre-Pyrénées. Capital (novembre 2013), par exemple, le présente comme un « petit-fils de républicain espagnol » ou, mieux encore, Le Nouvel Economiste (8 septembre 2011) comme issu d’« une famille ayant combattu le franquisme ».

En réalité, l’amour de la peinture lui est venu d’un prêtre, l’abbé Manuel Trens. Directeur du musée diocésain de Barcelone, cet abbé officiait au couvent des dominicains de Horta, où le père de Valls servait la messe. Il effectua alors, durant la guerre civile, des études artistiques à l’Ecole des arts et métiers, l’Ecole Massana, après avoir suivi ses premières leçons auprès de Charles Collet, sculpteur suisse installé à Barcelone. Il travaillera, à partir de 1940, dans le vitrail, l’orfèvrerie ou encore l’architecture, peignant à l’époque dans un atelier à Horta. Donc, sur des thèmes essentiellement catholiques.

Amoureux de la France, le père de Manuel Valls figure parmi les fondateurs du Cercle Maillol (1946) en Espagne, créé au sein de l’Institut français de Barcelone pour organiser des expositions. Doit-on rappeler qu’Aristide Maillol entretint des relations très étroites avec le plus célèbre sculpteur du IIIe Reich, Arno Breker (qui fut l’élève sans doute préféré de Maillol), et que ce dernier permit à sa muse, Dina Vierny, d’éviter la déportation. Le père de Valls a obtenu une bourse en 1949, s’est plu à Paris et c’est pour ces raisons qu’il a décidé de s’y installer définitivement en 1951, mais sans jamais couper les ponts.

— Il n’a donc pas fui l’Espagne et n’a jamais été un anti-franquiste déclaré ?

— Non. La meilleure preuve est qu’il conservera des liens plus qu’étroits avec l’Espagne, s’y rendra systématiquement en vacances (en été et à Noël), y exposera sans aucun problème… et que son fils, Manuel Valls, y naîtra. Dès 1951, il expose à Barcelone, à la galerie Syra et, l’année suivante, une de ses toiles obtient le Prix de l’exposition du Collège d’Espagne, à la cité universitaire. Cette toile, Fabrique à Clignancourt, sera même une des œuvres principales du très officiel Ve Salon d’octobre à Barcelone, où il sera par la suite un exposant régulier. En 1953, une première exposition lui sera exclusivement consacrée à Barcelone. L’année de la naissance de Manuels Valls, son père Xavier Valls, profondément catholique, dessinera et fera exécuter les vitraux de la chapelle catholique privée du ministre gaulliste Edmond Michelet.

 Et du côté de sa mère ?

— C’est du même tonneau, si j’ose dire. Dans Pouvoir (2010) Manuel Valls décrit un oncle métis : « Je me suis souvent dit que mon oncle était une parfaite incarnation de la culture humaine. Fruit d’une double vie de mon grand-père maternel tessinois, il était sierra-léonais par sa mère. (…) Riche de son héritage helvéto-africain, il a vécu à Londres toute sa vie qui vient de s’achever. C’est cela, pour moi, l’homme du XXIe siècle, c’est l’homme multiculturel. »

Ce qui est totalement grotesque. Son père a épousé en 1958 Luisangela Galfetti, une institutrice de quinze ans sa cadette, originaire de Ludiano (Val Blenio) dans le Tessin. Elle parle le dialecte propre à ce canton de la Suisse italienne. Elle a grandi dans une famille qui a accédé à la bourgeoisie au travers de diverses aventures coloniales. En bref, des gens qui se sont enrichis grâce aux colonies. En effet, du côté de son père, la famille a choisi l’Afrique. Ugo Galfetti, avec son frère, a bâti sa fortune en Sierra Leone, à Rokupr (près de Freetown), où il s’était installé. Ayant débuté dans le commerce de riz, de tissus et de machines, les frères Galfetti ont fini par contrôler la plupart des commerces de la ville, comme l’indique le seul livre existant sur cette histoire rocambolesque Remote Corners, A Sierra Leone Memoir, d’Harry Mitchell, paru chez Radcliffe Press en 2002. Mieux, la famille Galfetti s’est lancée dans le commerce de l’or. Ainsi le grand-père du Premier ministre socialiste, « une personne mythique » pour Manuel Valls, possédait-il, avec son frère Plinio, pas moins d’une dizaine de villas à Freetown, qu’ils abandonnèrent définitivement, chassés par l’indépendance du pays en 1961. Une histoire de colons classique, qui ressemble à celle des pieds-noirs d’Algérie. Cela n’a rien à voir avec « l’homme multiculturel » décrit par Valls.

Toute l’histoire de Valls, c’est cela, une réécriture de la véritable histoire. D’aucuns parleraient de révisionnisme.

Propos recueillis par Caroline Parmentier

• Le Vrai visage de Manuel Valls, Editions Facta, 16 euros (en vente sur le site www. vraivisagemanuelvalls.com ou à la Librairie Facta, 4 rue de Clichy, 75 009 Paris).

Table des matières

Introduction
Manuel Valls par lui-même et par les autres
L’entourage familial de Manuel Valls
Issu de la grande bourgeoisie conservatrice catholique catalane
Un père nullement « réfugié anti-franquiste »
Une famille maternelle enrichie par l’exploitation de l’or colonial
La misère : grandir dans une maison du Marais, face à l’île Saint-Louis
Une seconde femme très ambitieuse
Un pur apparatchik de la politique
Le « pacte de Tolbiac »
Marginaliser le PCF et les gauchistes avec l’alliance socialistes-lambertistes
Initié franc-maçon très jeune
De Rocard à Hollande en passant par Jospin
Membre des cénacles mondialistes
Évry, ou la « petite république vallsienne »
Manuel Valls, Israël et la communauté juive
Manuel Valls, ministre de l’Intérieur
Place Beauvau
Son équipe rapprochée
Une action catastrophique
La répression de La Manif pour tous
La haine des nationaux
Alain Soral et Dieudonné, ennemis publics numéros 1

Encadrés

Les Petits snobismes de Manuel Valls
Avec l’affaire Dieudonné, Manuel Valls met en place les principes d’une quasi-dictature

Annexes

Manuel Valls, descendant de marranes des Baléares ?
Alain Bauer, Grand Maître de la franc-maçonnerie, de l’influence et de la sécurité
Stéphane Fouks, le « communicant » strauss-kahnien
Manuel Valls sur Radio Judaïca Strasbourg, le 17 juin 2011
Circulaire anti-Dieudonné du ministre de l’Intérieur (Manuel Valls) aux préfets de police

 

Delit D'images
6 Commentaires
  • Le Bray d'Ermadec

    Viva Don Salluste ! Viva notre bienfaiteur ! Olé…

    25 avril 2014 à 8 h 37 min
  • VALAT Christian

    MANUEL VALLS CONTRAIREMENT A CE QU IL PRETEND, N EST QU UN “SANS ORIGINE”, IL EST DE PARTOUT ET NULLE PART A LA FOIS, NI PLUS NI MOINS QU UN MONDIALISTE AVIDE DE POUVOIRS ET D ARGENT, “C EST DANS SES GENES “ET MALHEUREUSEMENT POUR NOTRE PAYS, IL N YA QU EN FRANCE QU IL POUVAIT REUSSIR D OU SON CHOIX DE SE FAIRE “NOMMER ” CITOYEN FRANCAIS CE QUI TIENT NI DE LA FIBRE NI DU COEUR MAIS BIEN D UN CALCUL POLITIQUE IDEOLOGIQUE.
    POUR MOI C EST UN DANGEREUX GAUCHO -EXTREMISTE.

    30 avril 2015 à 11 h 04 min
  • VALAT Christian

    MANUEL VALLS N EST QU UN MONDIALISTE AVIDE DE POUVOIRS ET D ARGENT, “C EST DANS SES GENES “ET MALHEUREUSEMENT POUR NOTRE PAYS, IL N YA QU EN FRANCE QU IL POUVAIT REUSSIR D OU SON CHOIX DE SE FAIRE “NOMMER ” CITOYEN FRANCAIS CE QUI TIENT NI DE LA FIBRE NI DU COEUR MAIS BIEN D UN CALCUL POLITIQUE IDEOLOGIQUE.
    POUR MOI C EST UN DANGEREUX GAUCHO -EXTREMISTE.

    30 avril 2015 à 11 h 10 min
  • etoile127

    Cet mec a une âme du VRAI DICTATEUR,MENTEUR,MANIPULATEUR

    20 mai 2015 à 19 h 57 min
    • VALAT

      DES QU IL S EST DEVOILE,J AI TOUJOURS PENSE QU IL ETAIT UN PERSONNAGE TRES DANGEREUX POUR NOTRE DEMOCRATIE, NOTRE IDENTITE ET NOTRE CULTURE , UN VERITABLE APPARATCHIK QUI N OEUVRE QUE POUR IMPOSER A TOUT PRIX SON IDEOLOGIE .

      21 mai 2015 à 9 h 50 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services