Les lanceurs d’alerte ne sont pas suffisamment protégés! (Vidéo)

Lors du salon du livre des lanceurs d’alerte, RT France a rencontré l’écrivain Thomas Dietrich, qui s’est illustré en 2016 en dénonçant les pressions du ministère de la Santé, alors dirigé par Marisol Touraine, sur la Conférence nationale de santé.

Thomas Dietrich, haut fonctionnaire, lanceur d’alerte et jeune romancier primé, était présent au salon du livre des lanceurs d’alerte qui s’est déroulé les 2 et 3 décembre à Paris.

Il a accordé une interview à RT France, au cours de laquelle il a clarifié la notion de lanceur d’alerte et déploré la fragilité de ce statut en France. Il a également rappelé l’importance de consacrer un livre sur chaque alerte, afin d’analyser son contenu à froid et lui assurer une plus grande crédibilité auprès des médias.

Il démissionne pour dénoncer les pressions du ministère de la Santé sur une instance censée être indépendante

Thomas Dietrich s’est distingué en février 2016 lorsqu’il a choisi de démissionner de ses fonctions de responsable du secrétariat général de la Conférence nationale de santé (CNS). Lors de son départ, il a remis un rapport à sa hiérarchie expliquant l’incompatibilité de sa mission avec les moyens qui lui étaient fournis. Mettant en lumière de graves dysfonctionnements au plus haut sommet du ministère, le document a ensuite fuité dans la presse.

Cet organisme qu’il a dirigé pendant presque un an a pour objectif de rendre des avis indépendants afin d’éclairer les députés et le ministère. Mais Thomas Dietrich a estimé que son travail n’était pas indépendant du ministre de la Santé de l’époque : Marisol Touraine. Un débat sur la vaccination a notamment mis le feu aux poudres et accéléré le départ du lanceur d’alerte.

Source

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *