Haut

La sorcellerie est à la hausse aux Etats-Unis, en parallèle avec le déclin du christianisme

La sorcellerie est à la hausse aux Etats-Unis, en parallèle avec le déclin du christianisme

On dit que la nature a horreur du vide ; mais le vide que laisse dans l’homme l’oubli du vrai Dieu est bien pire qu’un quelconque vacuum matériel, et on le comble avec n’importe quoi. Au cours de ces dernières décennies, le paganisme a connu une progression spectaculaire aux Etats-Unis, tout comme le nombre d’Américains s’identifiant comme pratiquant la sorcellerie. Ces sorciers du XXIe siècle se multiplient donc tandis que le christianisme, en ses diverses dénominations, perd des effectifs.

Aux Etats-Unis, les adeptes de la Wicca, la sorcellerie des temps modernes fortement liée au chamanisme, étaient en 2008 environ 340.000, contre 8.000 en 1990 : une véritables explosions dont atteste une étude menée par le Trinity College du Connecticut sur ladite période, et que vient de commenter la revue Quartz. Le nombre de « Wiccans » – c’est ainsi qu’ils se désignent – correspond en gros aux personnes qui s’identifient comme païens. Cela restent certes marginal par rapport à la population – un peu plus de 0,1 %, mais la hausse est très significative, étant donné surtout que l’appartenance religieuse chrétienne reste fortement ancrée dans l’esprit des Américains, si on la compare avec d’autres pays. Aujourd’hui, 70 % d’entre eux se disent chrétiens, un peu plus de 22 %, athées.

Le déclin du christianisme favorise l’essor de la sorcellerie
 
Selon le Pew Research Center, qui a travaillé sur les statistiques recueillies lors d’enquêtes portant sur 2014 à la date présente, la population des Etats-Unis compte aujourd’hui une proportion de 0,3 % de personnes se revendiquant « Wiccan » ou païennes, soit environ 975.000 âmes. Une progression énorme, si la statistique est exacte, par rapport au résultat de l’enquête précitée. Classés parmi les adeptes du « New Age », ces sorciers sont les plus nombreux parmi cette population, pour la plupart blanche, d’âge moyen ou jeune, ayant un statut économique moyen et peu d’éducation supérieure.

Il faut savoir que tous les sorciers ne s’identifient pas comme « Wiccan », même si cette variété moderne de la pratique de la sorcellerie représente une part non négligeable de cette population.

Selon les auteurs de l’article de Quartz, Sangeeta Singh-Kurtz et Dan Kopf, cet engouement correspond à la fois à l’attrait exercé par l’image du sorcier dans les médias et, historiquement, dans la littérature – il suffit de penser à l’incroyable succès de la série des Harry Potter et des multiples ouvrages de la littérature jeunesse qui surfe sur cette vague délétère – et à ce qu’on pourrait appeler les habits neufs de la sorcellerie. Elle est aujourd’hui présentée comme une croyance et une pratique individualiste en lien profond avec la nature – en quoi elle s’accorde parfaitement avec l’environnementalisme ambiant – plutôt qu’en sa dimension démoniaque et occulte, sa véritable identité.

Aux Etats-Unis, la sorcellerie recrute parmi les adeptes du yoga et de la méditation

« La sorcellerie est la religion parfaite pour les membres de la génération Y à tendance progressiste qui s’adonnent déjà au yoga, à la méditation, au mindfulness et à la spiritualité New Age. Avec ce substrat, on peut les voir surgir lors des fêtes païennes ou des rassemblements de nouvelle lune, quand ils ne se lancent pas dans l’exploration des concepts spirituels plus sérieux à la racine de ces pratiques », expliquent les auteurs.

Le discours publicitaire des Wiccans, très présents sur Internet, insiste fortement sur ces aspects de la sorcellerie : la promotion de la libre pensée et du libre arbitre des individus et une meilleure connaissance de la terre et de la nature, permettant l’autonomie par la connaissance. Tout cela n’est guère si éloigné, finalement, de la pensée maçonnique. On y retrouve surtout les relents du plus vieux des mensonges : « Vous serez comme des dieux » à condition de goûter aux fruits de l’arbre de la connaissance…
 

Déclin du christianisme – mais aussi naïveté, voyez “Harry Potter” !

Mais en fait de liberté, c’est évidemment le contraire que propose réellement la sorcellerie, dont les adeptes cherchent à augmenter leur pouvoir sur autrui au moyen de puissances occultes, et se rendent eux-mêmes esclave des diverses pratiques qu’elle encourage, telle la divination qui les met sous la coupe des messages réels ou supposés du monde infernal.

Ces constantes de la sorcellerie, qu’elle soit médiévale avec toute son imagerie traditionnelle, ou contemporaine, volontiers considérée comme une pratique d’hurluberlus, s’expliquent sans doute par l’extrême manque d’imagination du mal qui n’est jamais que révolte et négation du bien. Ce qui a changé, en revanche, par rapport aux époques plus chrétiennes, c’est qu’aujourd’hui, la sorcellerie a très bonne presse dans le monde médiatique. A la vague Harry Potter – toujours d’actualité – s’est ajoutée l’étude de la sorcellerie comme thème littéraire au collège en France, et la présence croissante du sujet dans les magazines féminins. Vogue n’invitait-t-il pas à ses lectrices américaines à réciter les paroles d’un sort féministe et à rejoindre la « renaissance de la sorcellerie » en 2017, pour chasser le spleen politique ?

Jeanne Smits – RITV

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services