Haut

La santé mentale des migrants va mal!

La santé mentale des migrants va mal!

 

Périples et traversées traumatisants, déracinement, solitude… Les étapes qu’affrontent les réfugiés tout au long de leur périple sont autant diverses que traumatisants. Certains ont vu leurs proches mourir en mer, se sont fait réduire en esclavage en Libye, torturé, mal-traités… Pourtant, selon un rapport de Médecins du monde et le Centre Primo Lévi, publié mardi 19 juin, la santé mentale des migrants est une “urgence de santé publique” ignorée.

“Les violences multiples qui ont causé leur départ, les ruptures souvent brutales que cela a occasionnées et le parcours d’exil lui-même semé de violences et de pertes” peuvent générer “des troubles psychiques graves”, soulignent les deux organisations humanitaires dans un rapport publié à la veille de la journée mondiale des réfugiés.

La barrière de la langue, qui les empêche de mettre précisément des mots sur leurs souffrances, mais aussi leurs conditions de vie en France, souvent très précaires, et l’angoisse face à l’incertitude du processus de régularisation sont autant de facteurs pouvant aggraver des troubles psychiques déjà présents, détaille le rapport.

Les mineurs non accompagnés particulièrement fragiles
Face à cette situation, le système sanitaire français est “globalement sous-dimensionné, saturé et sans interprétariat”, ce qui complique la prise en charge de ce public particulièrement fragilisé et en attente de soins, pointent du doigt les deux organisations.

D’autant plus que si l’offre de soins pour les réfugiés est assez développée pour traiter les problèmes physiques (blessures, infections, maladies…), elle l’est bien moins en matière de santé mentale, relèvent-elles. Cette “insuffisance”, “l’une des principales préoccupations” dans les centres d’hébergement, laisse les centres de soins associatifs seuls face à une demande “à laquelle ils ne peuvent pas répondre”.

Au sein de cette population fragilisée, ce sont les mineurs non accompagnés, “un public surexposé à des risques sanitaires ou d’exploitation et aux troubles post-traumatiques”, qui sont les plus fragiles, soulignent-elles.

Les deux organisations estiment en outre que l’accès aux soins pour les migrants devrait être simplifié car certains sont dans l’impossibilité de fournir toutes les pièces justificatives demandées.

Pour faire face à ce “grave problème de santé publique”, elles égrènent une série de propositions comme l’augmentation du budget alloué aux ARS (agence régionale de santé), la sanctuarisation des budgets d’interprétariat pour les associations qui accueillent des personnes qui ne parlent pas français, ou encore l’ouverture immédiate des droits à une couverture santé.

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services