Haut

La perle de Saint-Gingolph (Vidéo)

La perle de Saint-Gingolph (Vidéo)

Entre 1920 et 1970, Saint-Gingolph accueillait l’unique fabrique de perles du Léman. Une industrie qui attirait énormément de touristes.

Historiquement, Saint-Gingolph est plus connu pour son chantier naval et ses barques latines que pour sa production de perles. Et pourtant, durant 50 ans, cette industrie employait plus d’une cinquantaine de personnes dans ce village d’alors quelque 600 habitants.
La fabrication de fausses perles à base d’écailles d’ablettes est pratiquée depuis le Moyen âge. Jusqu’en 1920, il existe ainsi un certain nombre d’ateliers implantés tout autour du lac Léman, notamment à Thonon et Meillerie.

A Saint-Gingolph, il existait une boutique baptisée “La perle de Saint-Gingolph” mais « on ne sait pas si c’était juste un point de vente ou aussi d’une fabrique », souligne Daniel Eonin, membre de l’association du musée des traditions et des barques du Léman.
Mais au début du XXe siècle, un homme va mettre fin à l’existence de ces petites fabriques. Il s’agit d’un nommé M. Douarin. Installé à Saint-Gingolph, ce chimiste parisien met au point un procédé permettant de fabriquer des perles de bien meilleure qualité et surtout à la durée de vie plus longue.

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services