Haut

La morgue et l’arrogance de Berléand vis-à-vis des Gilets Jaunes (Vidéo)

La morgue et l’arrogance de Berléand vis-à-vis des Gilets Jaunes (Vidéo)

Geoffroy Lejeune (directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles) réagit au coup de gueule de François Berléand qui a déclaré “Les Gilets Jaunes me font chier” : «Berléand, qu’est-ce que c’est aujourd’hui ? C’est l’incarnation de l’exact inverse de ce que sont les Gilets Jaunes. C’est un nanti, quelqu’un qui n’a pas de problèmes dans la vie, son frigo doit être plein et je pense que c’est pas lui qui le remplit, et il n’a jamais compris ce qu’était le révolte des Gilets Jaunes (…) Ce sont des gens majoritaires dans notre pays qui disent qu’ils sont les laissés pour compte du système dans lequel ils vivent et c’est une chose que tout le monde doit entendre même si on peut être énervé par les casse et les blocages. Si on n’entend pas ça, on court à la révolution. Et Berléand assume de ne pas comprendre ça, il assume depuis le début d’être importuné par cette colère de gens qui demandent juste de pouvoir vivre de leur travail et de pouvoir vivre décemment dans un monde qui n’a pas été conçu pour eux. Moi, je trouve ça fascinant cette morgue, cette arrogance, de l’acteur qui par ailleurs vit grâce à eux, parce que c’est eux qui vont voir ses films quand il faut les Choristes et qu’il y a 5 millions d’entrées, c’est les Gilets Jaunes qui vont voir le film. C’est un bourgeois qui s’énerve de voir la populace s’énerver. (…)
Je rappelle que Berléand était un soutien d’Emmanuel Macron (il était avec lui à la Rotonde au soir du 1er tour). Il n’y a aucun problème au fait qu’il soutienne Emmanuel Macron, mais il faut dire d’où on parle et Berléand parle du Macronisme, c’est un des soutiens d’Emmanuel Macron après avoir soutenu pendant 10 ans François Bayrou, il est donc très à l’aise avec la politique qui est menée aujourd’hui. Ca traduit le réflexe qui était celui de nos dirigeants de dire “On leur a donné 10 milliards, on leur a fait l’aumône à ces Gilets Jaunes, il faut qu’ils rentrent à la maison maintenant”. Mais ce qu’ils n’ont pas compris, c’est qu’ils demandaient plus, ils demandaient autre chose, ils demandaient un changement beaucoup plus profond, beaucoup plus radical, notamment dans la manière d’être considérés.»
Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services