La Fontaine gauloise et autres titres jeunesse

La Fontaine gauloise et autres titres jeunesse

DPF, la fameuse maison de diffusion de livres, d’orientation catholique et traditionaliste, annonce qu’elle vient de récupérer les stocks de l’ancienne maison d’édition Elor. Ce stock représenterait quelque 400 000 livres imprimés mais non vendus à ce jour, ce qui est quelque peu affolant, pour ne pas dire monstrueux ! Apparemment ces 400 000 livres vont être rapatriés dans les locaux de Chiré-en-Montreuil.

Il s’agit d’ouvrages visant des enfants à partir de 4 ans jusqu’aux jeunes adultes. Le stock actuel est composé de séries, comme les Brigitte, de Berthe Bernage (née en 1886), qui firent le bonheur de nos grands-mères, de rééditions de romans scouts (collection « Les Jeux de l’aventure »), mais aussi de romans contemporains.

La première publication du nouvel Elor – le Elor de Chiré – est le début d’une saga, celle de la famille Vitalis ou Vital. Elle est due à Hélène Coudrier, qui avait écrit plusieurs livres pour enfants (elle était elle-même mère de six enfants) et qui est décédée en 2010. En 1943, elle avait épousé Henri Morfin, un officier de Marine. Mais c’est sous ce pseudonyme d’Hélène Coudrier qu’elle a écrit cette série, sous le titre général de Jean de Fontfraîche.

Pour de telles sagas, il faut du souffle

Avec ce personnage, elle nous raconte en huit tomes toute l’histoire de notre pays, depuis l’époque celte (La Fontaine gauloise) jusqu’à la Renaissance. C’est une entreprise qui rappelle celle des Timour, par Sirius, une bande dessinée qui paraissait dans Spirou. Pour de telles sagas, il faut du souffle, mais l’entreprise est intéressante, et Hélène Coudrier semble ne pas en avoir manqué.

L’auteur était une érudite qui avait étudié les époques où se passent ses aventures, et qui a elle-même travaillé au musée de l’Homme, et participé au classement des collections. Il est donc probable que ces récits sont spécialement fidèles à ce que nous savons de ces temps anciens (« Une histoire dans l’Histoire », écrivent les éditeurs). Ce qui est fascinant, c’est cette continuité historique, au sein d’une même famille, depuis le temps des Gaulois et des Romains jusqu’à l’époque moderne. Ce genre de récit permet de saisir la filiation, et de découvrir qu’au fond peu de temps nous sépare de nos ancêtres.

• La Fontaine gauloise, par Hélène Coudrier, Elor, 2018, 198 p.

Francis Bergeron – Présent

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *