Haut

La fabrique d’orphelins (Vidéo)

La fabrique d’orphelins (Vidéo)

À la place des droits de l’Homme, s’instaure le marché de l’Homme. Tel est le message de Marie-Hélène Verdier, agrégée de lettres classiques, qui enseigna au prestigieux lycée Louis-le-Grand. L’auteur, dès le début, parle sans langue de bois des finalités anthropologiques désastreuses de la législation sur la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes. Elle revient également sur les failles de la PMA pour les couples hétérosexuels, qui n’est pas sans conséquence sur les enfants. On se souvient du couple Kermalvezen qui, depuis plusieurs années, milite pour que les enfants nés de donneurs anonymes puissent avoir accès à leurs origines.

Marie-Hélène revient sur le scénario “familicide” écrit par les politiques, depuis une vingtaine d’années. En 1999, ce fut la légalisation du PACS pour les couples de même sexe, en 2013, ce fut celle du mariage et de l’adoption pour tous. En 2019, ce sera au tour de la PMA. À quoi doit-on s’attendre pour les prochaines années ?

À l’aube du transhumanisme et au cœur d’une mondialisation exacerbée, où l’économie prime sur l’humain, la famille devient une cellule fragile. Pourtant, comme l’explique Marie-Hélène Verdier, de réels enjeux se cachent derrière ces combats idéologiques et politiques : celui de la place de l’enfant, de la femme (pour la GPA), de l’homme (pour la PMA). Pour les féministes aguerries qui crient à l’égalité à tout va, que dire aux futurs enfants qui seront victimes d’une inégalité primaire et barbare (puisque choisie et voulue délibérément par l’homme) qui est celle du manque d’un père ou d’une mère ?

Marie-Hélène Verdier, en bon professeur de lettres, accorde une importance à la sémantique utilisée dans les débats. La dialectique entre le nominalisme et l’idéalisme se manifeste dans la rhétorique de certains, qui préfèrent parler des familles (idéalisme) plutôt que d’une famille (nominalisme). Or, si l’on suit bien l’ordre naturel des choses, il n’y a qu’un modèle familial : celui composé, à l’origine, d’un père et d’une mère. Cette dérive langagière et cette novlangue étatique sont au détriment de l’intérêt des enfants à naître.

Comme le rappelle l’auteur, Emmanuel Macron dans un entretien pour le magazine Têtu avait apporté son soutien inconditionnel à la cause LGBT. Depuis près de quarante ans, ce lobby monte en puissance en France et ne cesse de taxer d’homophobie tout individu opposé au mariage pour tous et autres.

Marie-Hélène Verdier revient également sur la prochaine étape qu’est la GPA. Elle souligne le paradoxe de l’État français qui, pour l’heure, interdit les mères porteuses mais reconnaît les enfants issus de cette pratique qui est un véritable commerce international.

Cet essai est un parfait mode d’emploi pour bien comprendre les enjeux de civilisation qui se cachent derrière ce qu’il est convenu d’appeler des progrès sociétaux. « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », rappelle Marie-Hélène Verdier à la fin de son ouvrage. Pourtant, en 2019, la fabrique d’orphelins est en marche.

Adélaïde Barba – Boulevard Voltaire

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services