Ivan Believ, héros du Paraguay

Ivan Believ, héros du Paraguay

La destinée du général russe Ivan Beliaev est si passionnante et peu commune qu’elle est digne d’un roman d’aventures. Batailles sanglantes, exploration de terres inconnues, amitié avec les Indiens d’Amérique du Sud pour lesquels Beliaev est devenu « un père blanc » sont autant d’épreuves tombées en partage à cet homme étonnant devenu héros national du Paraguay, petit pays d’Amérique du Sud.

Ivan Beliaev est né en 1876 à Saint-Pétersbourg. Le gamin était un passionné des lectures et passait le plus clair de son temps dans la bibliothèque familiale en lisant des romans d’aventures. Il y a découvert un jour un vieux livre et la carte du lointain Paraguay. L’enfant émotif n’a pu s’empêcher d’admirer le courage du petit peuple qui se battait en 1864-70 pour sa liberté contre ses voisins, les géants d’Amérique Latine come l’Argentine et le Brésil.
Ivan est devenu comme son père un officier d’artillerie. Il a pris part à la Première guerre mondiale a été décoré de l’ordre de Saint-Georges pour ses faits d’armes. Une nouvelle guerre, civile cette fois, a éclaté en Russie après la Révolution de 1917. Le général Ivan Beliaev se battait contre les bolcheviks dans les rangs des gardes blancs. Après la défaite de l’Armée Blanche, des dizaines de milliers d’officiers russes ont dû quitter à tout jamais la Russie. Beliaev avait émigré avec eux. C’est en vain qu’il cherchait à se fixer en Turquie, Bulgarie et Argentine. Tout a changé en mars 1924, quand il est arrivé au Paraguay, pays de son rêve d’enfance.
Le Paraguay vivait un temps difficile : l’économie gisait en ruines, les spécialistes qualifiés manquaient cruellement et la population était propulsée dans la misère. Beliaev avait proposé au gouvernement paraguayen de faire appel aux spécialistes russes émigrés. Son initiative a plu et bientôt des ingénieurs, médecins, scientifiques et officiers russes ont commencé à arriver au Paraguay. Leurs compétences et le haut niveau de formation et de culture ont aidé à sortir le pays de la grave crise économique.
Le gouvernement paraguayen a confié à Beliaev une mission particulière. Il devait explorer la région du Chaco, la province la plus éloignée et inexplorée du pays qu’on croyait être riche en pétrole. Cette région était cependant revendiquée par la Bolivie voisine, c’est pourquoi l’expédition se faisait dans le secret le plus absolu. Beliaev a mis 7 ans à explorer cette région sauvage et en a dressé une carte détaillée. Les Indiens vivant dans la brousse du Chaco avaient d’abord fait un mauvais accueil aux intrus mais le général russe a fini par gagner leur confiance. Beliaev avait étudié le mode de vie et la culture des Indiens et composé les premiers dictionnaires de leurs langues. Il avait acquis une si bonne réputation auprès des Chacos qu’ils l’ont surnommé « le père blanc ».
En 1932, la Bolivie a attaqué le Paraguay et la brousse du Chaco est devenue un champ de bataille. C’état le conflit le plus sanglant du XXe siècle en Amérique du Sud. C’est alors que le Paraguay a pu profiter du travail titanesque accompli par le général russe. A la différence des Boliviens, les officiers paraguayens disposaient de cartes précises et de puissantes fortifications condamnaient les routes peu nombreuses qui traversaient la brousse. Les Indiens Chacos, amis du « père blanc » Beliaev ont à l’unanimité pris le côté du Paraguay. Les officiers émigrés russes défendaient également leur nouvelle patrie. Leur expérience militaire était précieuse pour les Paraguayens. A propos, l’armée bolivienne comptait plus d’une centaine d’officiers allemands, adversaires des Russes pendant la Première guerre mondiale. Les forces armées boliviennes étaient commandées par le général allemand Hans Kundt. Ivan Beliaev est devenu chef d’état-major général de l’armée paraguayenne. Le général russe s’est imposé face à son opposant allemand et en 1935 les Boliviens ont subi une lourde défaite malgré la supériorité en hommes et matériel.
La guerre finie, Ivan Beliaev a quitté le service militaire pour se consacrer à la science. Il a continué à étudier les mœurs et la culture des Indiens et publié un grand nombre d’ouvrages scientifiques. Il est devenu défenseur des droits et intérêts des Indiens et a crée le premier théâtre indien dans l’histoire des Amériques. Pendant la Seconde guerre mondiale, le scientifique a soutenu l’URSS dans sa lutte contre l’Allemagne nazie.
Ivan Beliaev est décédé le 19 janvier 1957 à Asuncion (capitale du Paraguay). Un deuil de trois jours a été proclamé dans tout le pays. Le cercueil était exposé dans les locaux de l’état-major général paraguayen et les honneurs militaires qu’on lui rendait étaient ceux d’un héros national. Les dirigeants du Paraguay se relayaient devant son cercueil. Des foules d’Indiens accompagnaient leur « père blanc » à sa dernière demeure. Conformément au testament d’Ivan Beliaev, son corps a été remis au conseil des anciens des Guaranis pour être enterré dans l’enceinte d’un village indien.
Les Paraguayens reconnaissants n’ont pas oublié les héros russes : de nombreuses rues d’Asuncion portent leurs noms. Les noms des Russes morts pour le Paraguay sont également gravés sur les plaques commémoratives au Panthéon des Héros.

Source

Partager