Indigène de la nation ( Vidéo)

Je suis à un tournant. Comme souvent. J’ai cinquante-six ans et j’attends la sortie d’un film dans lequel je me suis investi comme jamais. J’y joue le rôle de ma vie, le rôle que j’ai tenu toute ma vie, le rôle du “grand frère’, le rôle de l’aîné qui défriche le chemin, l’aîné qui veille et surveille. Je suis Arezki, parisien d’origine algérienne, et parisien dans le sang. Je suis propriétaire d’un bar à Pigalle, j’ai la gueule de l’emploi, une tête de Parigot bien cassée, un mec des banlieues métissées qui vient gonfler le coeur de la ville. Je suis un vrai Parisien, une figure des quartiers populaires. Je suis l’un des Derniers Parisiens. “

Révélé par Un prophète de Jacques Audiard et Rengaine de Rachid Djaïdani, Slimane Dazi est le fils aîné d’une famille de neuf enfants originaire d’Algérie. Il a beau être présenté comme un acteur français, né à Nanterre en 1960, il doit encore quémander la nationalité française pour obtenir une liberté de mouvements que lui refuse son passeport algérien.

Indigène de la nation est le récit d’une vie entre deux rives, l’empreinte d’une identité ” désintégrée “, celle de la première génération des enfants d’immigrés, nés en France avant la fin de la guerre d’Algérie. Môme des premières cités, Slimane Dazi raconte une existence menée tambour battant, dans la France des banlieues à l’abandon, des petits boulots et des grandes galères, des camelots et des noceurs. Et son éveil au cinéma à quarante ans, quand celui-ci, dit-il, commence enfin à mettre en lumière des gueules comme la sienne. Des ” gueules de métèques “.

Partager