Le grand Turenne (Vidéo)

Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne combat dans les armées de Louis XIII et de Louis XIV. Sa famille est alliée à toutes les maisons souveraines protestantes d’Europe du Nord. Il est, avec Condé, considéré comme le meilleur général des armées françaises de son temps. En 1643, la régente Anne d’Autriche l’élève à la dignité de maréchal de France. A partir de 1660, il est nommé ministre d’Etat et prend notamment part à la réorganisation de l’armée, tout en achevant la formation militaire de Louis XIV.

Henri de La Tour d’Auvergne (portrait objet complémentaire 1) meurt en 1675 lors d’une opération de reconnaissance à Sasbach en Allemagne (Bade-Wurtemberg) pendant la guerre de Hollande. Le musée de l’Armée conserve sa cuirasse et le boulet qui l’a tué (objet complémentaire 2). Louis XIV le fait ensevelir dans la basilique royale de Saint-Denis. En 1800, Napoléon Bonaparte fait transférer son tombeau sous le Dôme des Invalides. Turenne est représenté vêtu à l’antique, allongé sur la dépouille du lion de Némée. Il tenait dans sa main son bâton de maréchal, qui a aujourd‘hui disparu. A ses côtés, une femme représentant l’immortalité s’apprête à lui poser une couronne de lauriers sur la tête en souvenir de ses nombreuses victoires, en particulier la victoire de Turckheim de 1675 contre des soldats allemands, deux fois plus nombreux. C’est pourquoi, devant lui, l’aigle, l’emblème du Saint Empire, paraît effrayé.

Partager