Fillon a retourné le doute à son avantage et publié sa déclaration de patrimoine! (Vidéo)

Dans la carrière politique de François Fillon, et dans l’histoire politique de la Ve République, cette conférence de presse fera date, quelle que soit l’évolution de la campagne, et de l’affaire Fillon. D’abord par le choix de ce mode de communication. En créant l’événement par l’annonce de cette conférence de presse, M. Fillon a immédiatement placé sa personne et son propos à une certaine hauteur. Nettement au-dessus du « 20 Heures » de TF1, ou du message Facebook. Quelle hauteur ? Celle d’un homme d’État, dans la lignée des grandes conférences de presse présidentielles. Une hauteur manifestant la gravité de l’enjeu.

Mais cette conférence du 6 février 2017 marquera aussi un tournant car les Français de droite plongés dans le doute depuis dix jours auront le sentiment d’avoir enfin retrouvé l’homme qu’ils avaient désigné il y a deux mois. Et qui, il faut bien le dire, semblait ne pas répondre depuis le début de cette crise.

L’homme courageux et tenace, capable de faire face, d’assumer, de se défendre, de répondre aux accusations.

L’homme résolu à affronter le système des médias. Et, pour le coup, l’affrontement n’était pas une posture.

Sur le fond de l’affaire, il a rappelé quelques vérités de bon sens que l’emballement médiatique rendait inaudibles : la légalité de ces emplois, la liberté du parlementaire quant au choix et à la rémunération de ses collaborateurs dans l’enveloppe attribuée, la grande variété de leur travail.

Il s’est, aussi, légitimement appuyé sur deux grands principes constitutionnels : la séparation des pouvoirs et le secret de l’instruction, particulièrement bafoués ces derniers jours.

Il a su, encore, sans effet de manche à la Sarkozy ou à la Chirac, retourner le doute à son avantage. Oui, le moment de l’éclatement de cette affaire et la rapidité du parquet sont pour le moins troublants. Oui, alors que plus de cent parlementaires emploient des membres de leur famille, cet acharnement sur son cas et sa famille pose question. Oui, présenter tous les jours un nouvel aspect des mêmes faits, sans élément réellement nouveau, comme une révélation sensationnelle (montants cumulés en brut sur plusieurs années pour atteindre le chiffre magique du million, fac-similé d’un chèque, absence de badge) n’est pas à l’honneur de la presse française.

Politiquement, à droite, Fillon se sait et se situe comme LE candidat incontournable, irremplaçable. Désigné par plus de trois millions d’électeurs, il peut légitimement se présenter, non comme « le candidat d’un parti » mais du peuple de droite. Cette onction populaire anéantit tout recours à un plan B, à commencer par le rappel du recalé Juppé. À droite, tous savent désormais qu’ils sont pris dans cet étau gaullien.

Si aucune autre révélation solide ne vient relancer le doute que M. Fillon a, ce soir, réussi à dissiper dans son électorat, cette conférence de presse marquera le début de sa résurrection. Mais elle lui donnera aussi une arme redoutable contre la gauche qui apparaîtra alors, dans l’esprit de bien des Français, comme l’instigatrice de cette tentative de déstabilisation politique, destinée à conserver le pouvoir par tous les moyens.

Surtout, cet « homme debout » dans l’épreuve a de nouveau manifesté un style fait de retenue, d’équilibre et de détermination que l’on n’a plus vu depuis longtemps à l’Élysée et que l’on est bien en peine de déceler chez les autres candidats à cette présidentielle.

Pascal Célérier – Boulevard Voltaire

 

Partager

4 commentaires

  1. Julian

    Fillon a retourné le doute à son avantage ??? Comme vous y allez !

    Auprès de son “électorat”, en gros les droites a/possédante b/petite-bourgeoise, peut-être. Mais il est aucunement certain que cela suffise à le qualifier pour le second tour.

    Il m’apparait que cette affaire aura définitivement compromis sa capacité à rassembler au-delà de son horizon naturel. A mon sens il est déjà hors jeu. L’élection se jouera certainement dans le registre “on déquille les représentants du système”. Et tout reste encore très, très ouvert… Avec de nouvelles et grosses surprises !

  2. Roban

    Moi, il ne m’a pas convaincu, Pénélope dit : ‘je n’ai jamais été son assistante ni quoi que ce soit de ce genre, je ne me suis pas occupée de communication non plus”, et lui il dit le contraire. Chercher le mensonge …

  3. Defcosisatate

    Après les explications fournies par le candidat Fillon lors de sa conférence de presse, les électeurs, qui ne sont pas des idiots, ont surtout compris qu’il a été l’objet d’une extraordinaire chasse à l’homme, et que s’il n’est pas “tout blanc”, il reste malgré tout l’un des moins contestables du plateau… Et que celui qui n’a jamais fauté lui jette la première pierre.

    Ceci étant dit, nous allons maintenant entrer “en campagne”, mais une campagne qui aura des allures de campagne militaire. Les canons vont tonner et des missiles pleuvoir : les enjeux stratégiques et financiers sont énormes… Les campagnes “à la papa” sont révolues ; nous entrons dans l’ère des candidats-hologrammes et des drones-espions, et tous les coups sont permis. On l’a vu avec l’incroyable acharnement mené contre (curieusement !) le seul candidat Fillon.

    On voit également s’activer des dirigeants étrangers qui soutiennent ouvertement l’un ou l’autre des candidats en balayant d’un revers de main les accusations d’ingérence. Mais comment éviter qu’un dirigeant étranger, qui plus est d’une puissance majeure, ne puisse s’y intéresser s’il perçoit le risque d’une rupture avec un pays ami dont le nouveau dirigeant modifierait assurément ses rapports avec lui ?… La mondialisation implique des ingérences, et qu’on le veuille ou non, c’est un fait. Hollande a bien estimé ouvertement que Bachar El Assad devait être renversé et qu’il n’aimait pas l’élection de Trump…

    Les candidats vont donc s’étriper dans une ambiance de faux sondages, de pseudo-preuves et de révélations inventées ; le but n’étant plus de déstabiliser l’adversaire, mais de le détruire politiquement à défaut de pouvoir le liquider physiquement… ça ferait désordre.

    Fillon a déjà reçu son lot de missiles envoyés par la meute enragée qui redoute qu’il s’en relève. Ils multiplient donc les “révélations” jusqu’à aller les chercher au fond des toilettes de la famille Fillon. Les journaleux, vexés d’avoir été pointés du doigt lors de sa conférence de presse, entendent bien lui faire payer son audace : on ne peut accuser la presse (de gauche) sans prendre quelques risques dans la France d’aujourd’hui !

    Il faut s’attendre à tout ! Les cocus de la primaire n’ayant pas apprécié que le petit gourou Macron les aient roulés dans la farine, ne vont pas le lui pardonner : ça promet du sport !

    Nous allons ainsi subir un bourrage de crâne “renforcé” contre Fillon. Les anciennes et nouvelles “révélations” seront diffusées en boucle sur toutes chaines télévisuelles confondues… Mais cet acharnement aveugle ne pourra occulter les questions relatives aux autres candidats, et au premier chef sur le fringant Macron… On attend donc les “révélations” que ne manqueront évidemment pas de nous fournir cette même presse !

    1. Roban

      Franchement vous pensez que Fillon a une chance d’être présidentiable ? Après tous ses mensonges il a peu de chance de passer le 1er tour. Je le regrette vivement car MLPN ne gagnera pas le 2ème tour à cause du front républicain, alors nous aurons encore droit à un gouvernement de gauche.

Commentaires fermés