Expo/ Peindre la banlieue, de Corot à Vlaminck (Vidéo)

Jusqu au 13 août 2017, cette exposition présente une sélection d’oeuvres rassemblées autour du thème de la banlieue et de son évolution, vues à travers le regard de peintres du milieu du XIXème au milieu du XXème siècle. Elle a été préparée en liaison avec le Centre d’Arts « L’Atelier Grognard » de Rueil-Malmaison qui l’a présentée du 9 décembre 2016 au 10 avril 2017. Différents prêts obtenus auprès d’institutions françaises (Musée d’Orsay, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Musée des Beaux-Arts d’Orléans, Musée des Beaux-Arts de Reims entre autres) permettent d’offrir à la curiosité du visiteur des tableaux réalisés par des artistes au renom aussi grand que Camille Corot, Charles Daubigny, Camille Pissarro, Berthe Morisot, Maurice Denis, Maurice Utrillo, Raoul Dufy notamment.

L’exposition explore les sites franciliens à un moment où s’imposent la peinture de plein air et la recherche de nouveaux motifs.

Les mutations (essor de l’industrie et des loisirs) sans précédent qui marquent profondément le siècle, donnent à la périphérie de Paris de multiples visages, à l’exemple de la Seine, trait d’union entre tous ces territoires. Pendant qu’ils représentent ce passage d’un paysage champêtre à un paysage de plus en plus domestiqué, les peintres de la nature deviennent des peintres de la modernité.

C’est cette diversité thématique et esthétique offerte par la banlieue au cours d’un siècle, de 1850 à 1950, de l’École de Barbizon à l’École de Paris, que l’exposition souhaite restituer, en rappelant non seulement l’industrialisation, mais aussi ses contrepoints : la survivance du monde agricole, l’émergence d’une civilisation des loisirs, l’expansion urbaine à travers la multiplication des zones d’habitat.

Elle attire aussi l’attention sur le fait que la banlieue a été un acteur économique, où l’industrialisation qui se développe, côtoie longtemps un secteur agricole très vivace.

La découverte de l’exposition s’accompagnera d’un dispositif de médiation innovant : le Li-Fi (Internet haut débit par la lumière). Grâce à ce support, des informations variées permettent une découverte plus détaillée, via des tablettes connectées, une sélection des oeuvres présentées.

Autour de l’opération, une importante programmation sera mise en place, comprenant notamment des conférences, des visites commentées et des ateliers ludiques pour les enfants et pour tous, autour de la photographie ou de la peinture de paysage.

Partager