Expo à Paris/ Claude Mollart, chercheur de visages (Vidéo)

Le chaman barbu, La princesse voilée, Le clown bleu, L’orgueil… Les photographies de Claude Mollard dessinent des portraits aussi variés que l’est la matière, minérale et végétale, dont ils sont extraits. Car cet artiste français traque avec obsession les paréidolies, ces illusions d’optiques qui consistent à associer à un visuel informe et ambigu un élément clair et identifiable, anthropomorphique. Avez-vous déjà contemplé un nuage dans le ciel, où les nœuds d’une poutre en bois en jurant y déceler un visage ? Certains s’imposent au spectateur presque immédiatement, d’autres nécessitent de prendre du recul avec toujours comme indice la légende qui fixe les types humains, attribuant une description unique à chacune de ces apparitions. Et dans ces clichés saisissants, pas de retouche, les personnages camouflés dans l’environnement se révèlent à nous dans la pleine magie du réel, comme une révélation. On y lit même des expressions, venant donner du caractère à ces créatures passionnantes, une profondeur et un passé. Des figures que Claude Mollard définit comme des « origènes », des êtres issus de la nature pré-existant à l’apparition de l’homme sur Terre, comme des traces poétiques d’une culture ayant vécu avant la notre. Des figures que l’artiste débusque dans les paysages et les cultures lointaines, voyageant de continent en continent pour les chasser. Une invitation à jouer à cache-cache et à interroger les origines du monde.

Le saviez-vous ?
Photographe discret, Claude Mollard est aussi haut fonctionnaire, manager culturel, commissaire d’expositions, conseiller-maître à la Cour des Comptes, écrivain… Ses nombreux portraits s’incarnent aussi dans sa personnalité et ses fonctions !

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *