Haut

Eglise Notre Dame de Louviers (Vidéo)

Eglise Notre Dame de Louviers (Vidéo)

L’église Notre-Dame à Louviers (Eure) est un édifice de style gothique commencé en 1197 et terminé pour l’essentiel en 1240.

En 996, le duc Richard Ier place Louviers sous le patronage de l’abbé de Saint-Taurin d’Évreux. En 1197, Richard Cœur de Lion échange avec l’archevêque de Rouen, Gautier de Coutances, Louviers contre Les Andelys où il voulait construire Château-Gaillard pour protéger la Normandie des ambitions de Philippe Auguste. Les archevêques de Rouen sont restés seigneurs temporels de Louviers jusqu’à la Révolution.

La tour de la croisée est réalisée en 1240. La nef construite à la fin du xiie siècle était prévue avec un vaisseau central de sept travées et un bas-côté de chaque côté. Le décor reprend le style de la cathédrale de Rouen avec des larmiers encadrant des fenêtres trilobées placées dans l’axe de chaque travée. On constate que sous le larmier au-dessus du second niveau, les chapiteaux ont été bûchés. Ces chapiteaux devaient porter les grandes voûtes de la nef prévues par le premier architecte. Le vaisseau central de la nef prévu à la fin du xiie siècle devait donc être moins élevé que la voûte actuelle. La tour du chœur est construite après 1240. À une date inconnue, on décide de surélever la nef de 2,60 m au-dessus du niveau initialement prévu en réalisant le voûtement d’ouest en est. Cela a conduit l’architecte à rehausser les appuis des arcs-boutants sur les murs gouttereaux pour reprendre la poussée des voûtes à leur nouveau niveau de poussée. Cet ordre d’avancement peut se lire sur la forme des fenêtres hautes. Leur style remonte au début du xiiie siècle dans les deux premières travées occidentales, tandis que les fenêtres côté est ont un style plus tardif. La fin de la construction de la voûte du vaisseau central de la nef doit remonter à la fin du xiiie siècle.

La ville subit des pillages par les troupes anglaises en 1346, puis en 1356. Elle est libérée en 1360, de nouveau assiégée en 1418, puis en 1431. Libérée en 1440, la ville est dévastée et va se reconstruire après 1453, fin de la guerre de Cent Ans.

La tour de la croisée avait une flèche en bois qui avait été incendiée par les Anglais en 1346 pour en chasser les derniers défenseurs de la ville. Des travaux y sont faits à partir de 1379 pour la reconstruire. En 1414, on commença à construire la tour hors œuvre appelée tour Chalenge, à cause du nom du fondateur, en 1428, de la chapelle qui se trouve à sa base, Guillaume de Chalenge. Cette tour était inachevée au moment du siège de 1431.

La paix retrouvée, les travaux sont repris à partir de 1460 pour donner cinq vaisseaux à la nef. Pour alimenter le chantier de construction en pierres, la fabrique bailla à ferme une carrière de pierre. Les travaux sont commencés sous la direction de Jehan Gillat par le second collatéral nord de quatre travées et demi de part et d’autre d’un portail couronné d’un grand gâble à réseau.

On entreprit ensuite une nouvelle façade côté sud avec un grand porche réalisé à partir de 1506 grâce aux libéralités de Guillaume Le Roux. Un architecte dont le nom n’est pas certain a réalisé le second collatéral sud. La réalisation du porche sud en face du porche nord a créé un axe nord-sud. La réalisation du chantier est financée par des familles nobles et des corporations. La construction d’un porche de style gothique flamboyant au xvie siècle atteste de la prospérité de la ville à cette époque. Des chapelles sont fondées dans les collatéraux

Au début du xvie siècle, la tour de la croisée est remaniée de fond en comble, avec les deux piliers occidentaux et la voûte octopartite de la tour munie de liernes et tiercerons. Les travaux du chevet et de l’aménagement de la face nord de la tour-lanterne de la croisée ne sont entrepris qu’après 1580.

La flèche de la tour du chœur reconstruite à partir de 1379 est détruite par la Grande tempête de 1705.

L’église n’a pas subi de dégâts pendant la Révolution.

Entre 1826 et 1853, des sommes importantes sont mobilisées pour restaurer la façade sud de la nef et le chevet. Sous la direction de l’architecte Étienne Bourguignon1, les sculpteurs Brun, puis Pyannet ont repris toutes les sculptures. Les statues sont probablement leurs œuvres. Une restauration plus radicale est entreprise à partir de 1863 dans le chevet. En 1905, l’architecte diocésain Gabriel Rubrich-Robert entreprend la restauration des parties hautes de la nef et de la tour-lanterne.

L’église a subi des dégâts au cours des bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale. De nouvelles restaurations ont été entreprises sur la façade sud et les éléments du chevet modifiés au xixe siècle.

L’église a été classée au titre des monuments historiques en 18462.

 

 

Source

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services