Haut

Du bon usage des majuscules!

Du bon usage des majuscules!

Facétieuses, incongrues, provocantes… Les majuscules osent et s’immiscent partout! Elles se glissent de plus en plus n’importe où  dans les phrases quand ce n’est pas au milieu d’un mot…

Les règles typographiques qui régissent l’emploi des majuscules sont nombreuses et complexes. Celles qui sont brièvement détaillées ici sont celles qui ont été choisies lors de la rédaction du premier tome de la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française et suivent, pour l’essentiel, les règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale.

La majuscule signale un nom propre par essence (Clemenceau) ou par occasion (le Tigre), le nom commun acquérant la qualité de nom propre quand il individualise la personne ou la chose qu’il désigne.

Dans les dénominations formées de plusieurs mots, le principe général est de réserver la majuscule au premier mot caractéristique, c’est-à-dire à celui qui permet l’identification, ainsi qu’à l’adjectif qui éventuellement le précède : la guerre de Sécession, la révolution d’Octobre, le musée du Louvre, la guerre de Cent Ans, le Petit Trianon, etc.

De nombreux cas particuliers existent, qui échappent à ce principe qu’on voudrait général et qui souvent reflètent le poids de l’histoire, l’importance accordée à certains évènements mais aussi certains choix politiques ponctuels, qui se sont définitivement imposés. C’est ainsi qu’il est d’usage de mettre une majuscule à empereur pour désigner Napoléon, que les groupements révolutionnaires portent la majuscule (les Girondins), que révolution ne prend une majuscule que lorsqu’elle est française et qu’il s’agit de celle de 1789 (la Révolution française mais la révolution de Juillet, la révolution russe ou chinoise), etc.

1. Majuscules en géographie

On met une majuscule aux noms propres, non aux adjectifs qui leur sont adjoints (l’Italie méridionale), sauf dans les cas où l’appellation fait office de nom propre, de quasi nom composé : le Grand Nord, l’Asie Mineure.

Selon le principe général énoncé plus haut, les noms communs d’entités géographiques (lac, mer, pic, mont, etc.) individualisés par un nom propre ou un adjectif gardent leur minuscule initiale. C’est le terme distinctif qui prend la majuscule : la baie des Anges ; la mer Méditerranée, le pic du Midi, le golfe du Lion. Certains adjectifs généraux prennent en géographie une valeur caractéristique et porteront la majuscule : le mont Blanc, le fleuve Jaune, l’océan Pacifique, la mer Noire.

Il en va de même pour les monuments, les jardins : le premier mot caractéristique prendra la majuscule (nom propre, nom commun ou adjectif dérivé d’un nom propre). On écrit la fontaine Médicis, la tour Eiffel, le pont des Arts, la colonne Trajane, la chapelle Sixtine, etc. Si le substantif général n’est accompagné que d’un adjectif également général, c’est ce substantif qui prendra la majuscule (ainsi, éventuellement, que l’adjectif antéposé) : la Cour carrée, la Grande Galerie, le Petit Palais.

Les noms de peuples, d’habitants prennent une majuscule. On écrira donc : les Celtes, les Étrusques, les Français, les Méridionaux. Il a épousé une Parisienne, une Berbère. Les Blancs, les Noirs. Les Juifs (en tant que peuple). En revanche, on ne mettra pas de majuscule pour les adeptes d’une religion, d’une doctrine, les membres d’un parti, etc. : les chrétiens, les musulmans, les juifs, les bonapartistes, les communistes, etc.

2. Majuscules en histoire

Les périodes géologiques, préhistoriques et historiques sont souvent assimilées à des noms propres. On mettra donc une majuscule au nom caractéristique et à l’adjectif qui précède. Le Crétacé supérieur, le Tertiaire (mais l’ère tertiaire), l’Antiquité, le Siècle d’or, l’Ancien Régime, la Belle Époque. Les noms désignant de grands évènements prennent généralement la majuscule : la Fronde, la Réforme, la Libération, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale.

Les noms de régimes politiques prendront la majuscule lorsqu’ils sont employés comme noms propres pour désigner un pays, une époque : l’Empire romain, la Régence, la Troisième République, le Directoire. Dans le cas contraire, on écrira le principat d’Auguste, le royaume de Suède.

En ce qui concerne les locutions, c’est encore une fois le mot caractérisant (et l’adjectif qui le précède éventuellement) qui recevra la majuscule tandis que le nom d’espèce conservera la minuscule : la journée des Dupes, la paix des Dames, le concile de Trente, le congrès de Vienne, l’édit de Nantes, la bataille des Nations, la guerre des Six Jours, les guerres de Religion, la fête du Travail, le jour des Rois.

3. Majuscules dans les noms d’organismes et d’institutions

Les noms des organismes (organismes d’État, organismes culturels et éducatifs, etc.), lorsqu’il en existe plusieurs de leur espèce, ne prennent pas de majuscule ; c’est le nom propre ou le nom de spécialisation qui les accompagne éventuellement qui la prend : le conseil général d’Île-de-France, la cour d’appel de Versailles, la mairie de Paris, l’académie de Toulouse, le ministère de la Culture, le lycée Fénelon, la bibliothèque Mazarine. Le musée Rodin, le musée des Arts décoratifs (mais, seulement suivi d’un adjectif non dérivé d’un nom propre : le Musée océanographique, le Musée postal).

En revanche, s’ils sont seuls de leur espèce (à l’échelle nationale ou internationale), le premier mot nécessaire à l’identification porte la majuscule, ainsi que les adjectifs le précédant éventuellement : l’Académie française, l’Institut de France, la Bibliothèque nationale, la Cour de cassation, la Haute Cour de justice, le Conseil de l’Europe, les Nations unies, la Croix-Rouge, l’École polytechnique, l’École normale supérieure…

4. Majuscules dans les fonctions, titres

Les noms des fonctions, titres et charges civils, publics ou privés, administratifs et religieux sont en minuscules, et c’est encore une fois le terme caractérisant qui prend la majuscule : le ministre de la Défense, le docteur Untel, le frère François, l’archevêque de Lyon, le président de la République (mais le Président), le secrétaire général de la mairie, l’empereur Napoléon III. On écrira aussi il est chevalier de la Légion d’honneur, grand-croix de l’ordre du Mérite. Certains sont assimilés à des noms propres et prennent la majuscule : le Régent (pour Philippe d’Orléans), le Duce. Les titres honorifiques prennent la majuscule (Sa Majesté, Votre Sainteté, Votre Excellence), majuscule que l’on retrouve de manière plus large dans les formules de courtoisie ou d’appel.

5. Majuscules dans le domaine religieux

Le terme église prend une majuscule lorsqu’il désigne l’institution ou l’ensemble des fidèles : l’Église catholique (ou absolument l’Église), les Églises protestantes, etc. La minuscule est réservée au bâtiment. Cette remarque s’applique à d’autres termes relevant de domaines différents, quand il s’agit de distinguer deux réalités bien distinctes que désigne un même mot (la raison d’État, l’état des lieux ; la Bourse de commerce, une bourse d’études).

Concernant les ordres et les congrégations, on met une majuscule quand on désigne l’ensemble de l’ordre, de la congrégation, etc. : les Jésuites, les Dominicains. Mais on met une minuscule lorsqu’on ne parle que d’une partie des membres : un couvent de dominicains.

Rappel concernant le mot Saint : quand il désigne le personnage lui-même, saint est un nom commun qui s’écrit sans majuscule : Les trois saints de glace sont saint Mamère, saint Pancrace et saint Servais. Seule exception Saint Louis, considéré comme un nom propre. En revanche, saint prend la majuscule lorsqu’il entre dans la formation d’un nom de famille, d’un nom de lieu, de rue, de ville, de fête, etc., et il est suivi d’un trait d’union : le duc de Saint-Simon, la Sainte-Chapelle, la place Saint-Marc, les feux de la Saint-Jean, l’île Saint-Louis ; Les Saint-Germanois sont les habitants de Saint-Germain-en-Laye. Il prend également la majuscule dans certaines expressions traditionnelles historiques ou religieuses : la Sainte-Alliance, le Saint-Empire, le Saint-Office, le Saint-Esprit, le Saint-Siège, la Sainte-Trinité, le Saint-Père.

6. Majuscules en botanique et zoologie

Les noms correspondant aux différentes catégories hiérarchisées des classifications scientifiques traditionnelles (règne, embranchement, classe, ordre, famille, genre) s’écrivent avec une majuscule initiale : les Vertébrés, les Mammifères ou les Angiospermes. Cette règle s’applique aussi à tous les niveaux intermédiaires (superclasse, sous-ordre, etc.) sauf aux espèces (dernier niveau). Homme ne prendra une majuscule que lorsqu’il désigne le genre Homo : les origines de l’Homme, les premiers vestiges de l’Homme (mais les droits de l’homme).

La majuscule vaut si l’on évoque l’ensemble de la catégorie : Les chiens font partie des Mammifères, le muguet fait partie des Liliacées. Lorsqu’on évoque une partie de la catégorie, un ou plusieurs individus de la catégorie, on mettra la minuscule : Le chien est un mammifère (de la famille des Canidés), le cerfeuil est une ombellifère.

7. Majuscules dans les titres d’œuvres

Dans tous les titres d’œuvres, le premier terme au moins (ainsi bien sûr que les noms propres) prend la majuscule.

Si le titre commence par un article défini, le premier nom qui suit cet article ainsi que les adjectifs et adverbes le précédant éventuellement prennent la majuscule : Les Misérables, Les Très Riches Heures du duc de Berry, Le Petit Chaperon rouge, Le Vilain Petit Canard.

L’article défini en tête de l’œuvre ne prend la majuscule que s’il fait intrinsèquement partie du titre, et n’est pas contracté : l’Iliade ; Les Bienveillantes, mais un chapitre des Bienveillantes.

Si le titre ne débute pas par un article défini ou s’il consiste en une phrase conjuguée, seul le premier terme prend la majuscule (sauf s’il s’agit d’un adjectif : dans ce cas, le substantif suivant prend aussi la majuscule) : À la recherche du temps perdu, Terre des hommes, Un taxi mauve, Le train sifflera trois fois, Tristes Tropiques.

Si le titre est double ou s’il met en opposition ou en parallèle deux termes, on applique les règles précédemment citées aux deux parties du titre, mais si la deuxième partie est introduite par un article défini, celui-ci perd sa majuscule : Le Rouge et le Noir, Vendredi ou les Limbes du Pacifique.

Source

Delit D'images
1Commentaire
  • Roban

    Très bonne révision mais je ne suis pas sûr d’avoir tout retenu !

    8 février 2015 à 12 h 21 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services