Haut

« La disparition définitive des chrétiens d’Irak est aujourd’hui possible »!

« La disparition définitive des chrétiens d’Irak est aujourd’hui possible »!

« La disparition définitive des chrétiens d’Irak est aujourd’hui possible » Depuis l’intervention américaine en Irak de 2003, 90% de la communauté chrétienne a disparu d’un pays déchiré par la guerre civile. Décryptage avec Marc Fromager*, directeur de l’association Aide à l’Eglise en Détresse.

Quelle est la situation des chrétiens en Irak aujourd’hui?

Le groupe EIIL (les combattants djihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant) à l’œuvre en Irak et en Syrie est connu pour ses violences. Mais la situation des chrétiens en Irak se dégrade depuis plus de 20 ans, c’est-à-dire depuis la première guerre du Golfe en 1991. Cette situation s’est aggravée de manière dramatique depuis l’intervention américaine de 2003. En 2003, il y a encore 1.5 million de chrétiens en Irak. Aujourd’hui il n’y en a sans doute plus que 150.000. 90% de la communauté chrétienne a donc disparu en 10 ans. Malgré les déclarations des évêques locaux qui voudraient encourager les fidèles à rester, ce que je comprends et approuve, leur disparition définitive est hélas aujourd’hui possible.

Avec la prise de Mossoul, cette situation a-t-elle empiré?

Cela fait déjà plus de dix ans que les chrétiens s’enfuient d’Irak, aujourd’hui ils sont très peu nombreux, et la survie même de la communauté est en jeu. A Mossoul, où il ne restait après la guerre que 3000 chrétiens environ contre 35.000 en 2003, il n’en reste maintenant quasiment aucun. La majorité d’entre eux se sont réfugiés dans la région kurde située à 20km de Mossoul. Ils s’attendaient donc au pire lorsqu’ils ont su que la ville était tombée aux mains des djihadistes. Mais finalement les chrétiens ne sont pas pour le moment la priorité des islamistes d’EIIL dont l’urgence est de conquérir du terrain sur les chiites, voire de gagner Bagdad. Ils préfèrent s’attaquer à une armée irakienne affaiblie qu’aux Kurdes qui défendent leur territoire et où sont provisoirement réfugiés les chrétiens.

Les chrétiens sont-ils les victimes collatérales du conflit opposant chiites et sunnites ou bien des boucs émissaires à part entière?

Il y a les deux dimensions: ce sont à la fois les victimes collatérales de l’invasion américaine et de la guerre civile qu’elle a déclenché et en même temps la cible d’un islam radical qui voudrait voir la région épurée de tous les chrétiens.

La situation des chrétiens était donc plus favorable sous Saddam Hussein?

En effet! Mais si l’on compte les centaines de milliers de morts que le pays a connu, on peut imaginer que la situation de tous les irakiens s’est dégradée depuis que l’Occident, les États-Unis en tête, ont déclenché l’opération de renversement du régime. Pour les chrétiens, cela a été d’autant plus difficile qu’ils sont devenus la cible d’un racket économique et d’une chasse idéologique.

Les interventions américaines dans la région ont été un désastre. On estime qu’entre 1991 et 2003, l’embargo sur l’Irak des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne aurait provoqué environ 500.000 morts. Si on ajoute à cela entre 100.000 et 1.5 million de victimes civiles depuis 2003, et il faut clairement pencher vers l’hypothèse haute, on aboutit à un nombre de victimes effroyable! Et si numériquement l’écrasante majorité des victimes sont musulmanes, proportionnellement, les chrétiens ont payé un tribut plus lourd.

Dans quelle partie du monde les chrétiens sont-ils le plus en danger aujourd’hui?

Il y a plusieurs pays où la situation est très difficile mais s’il fallait n’en nommer qu’un, je dirais la Syrie. Là encore, c’est toute la population qui est menacée, et la population est à 90% musulmane, mais avec la poursuite des violences et l’arrivée massive de combattants étrangers, le sort des chrétiens s’est considérablement détériorié. Malheureusement, on a l’impression que le scénario irakien se reproduit, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Il faudra quand même que l’Occident réalise un jour qu’il ne peut pas à la fois instrumentaliser les islamistes et ensuite faire semblant de découvrir qu’ils peuvent éventuellement être dangereux.

*Marc Fromager est directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse, et rédacteur en chef de L’Eglise dans le Monde. Il est également l’auteur de Chrétiens en danger, vingt raisons d’espérer (EDB).

 

Source

Delit D'images
Pas de commentaires

Le formulaire de commentaires est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services