Disparition de Jean Anglade, écrivain auvergnat (Vidéo)

Auteur d’une oeuvre littéraire monumentale, au succès populaire jamais démenti, Jean Anglade est mort mercredi à l’âge de 102 ans.

L’écrivain auvergnat Jean Anglade, auteur d’une oeuvre littéraire monumentale qui s’est vendue à des millions d’exemplaires, s’est éteint mercredi à Clermont-Ferrand à 102 ans, a-t-on appris auprès de son éditeur Calmann-Lévy, confirmant une information de la presse locale.

Le Pagnol auvergnat. Né en 1915 à Thiers, dans le Puy-de-Dôme, dans un milieu modeste, Jean Anglade est d’abord maître d’école avant de devenir professeur. Son premier livre, Chien du seigneur, publié en 1952, raconte l’histoire d’un prêtre-ouvrier dans une usine de caoutchouc qui abandonne la soutane pour se marier. Le succès arrive en 1969, six ans avant sa retraite, avec La pomme oubliée, inspirée de la vie de sa tante Mathilde, dernière habitante d’un village auvergnat abandonné. Sa région natale inspira ensuite toute son oeuvre, dont la saga couvrant un siècle de la vie des couteliers de Thiers : Les ventres Jaunes (1979), La Bonne Rosée (1980) et La permission de mai (1981).

Un dernier livre à 100 ans. Jean Anglade n’a jamais cessé d’écrire : pour ses 100 ans en 2015 était sorti son dernier livre, Le Grand dérangement, année au cours de laquelle il fut placé en maison de retraite à Clermont-Ferrand.

 
Partager