Devoir de mémoire ! Où sont ces prisonniers du FLN à jamais disparus ?

Devoir de mémoire ! Où sont ces prisonniers du FLN à jamais disparus ?

Par Manuel Gomez

Après les élections, l’Algérie poursuit avec le même Président et notre Président de la République, François Hollande, conforté par le gouvernement de Valls, a rendu un vibrant hommage à cette très large réélection de Bouteflika.

Bien entendu, il ne sera surtout pas question des plus de 3.000 enlèvements, disparitions et exécutions survenus après le cessez-le-feu du 19 mars 1962 !

Pas question, non plus, d’évoquer les 1.380 civils et militaires retenus prisonniers avant cette date et qui ne nous ont pas été remis comme cela était convenu dans les « accords d’Évian », pas plus que les dizaines de milliers d’Algériens qui ont servi dans l’armée française et dont le choix était limité : soit le ralliement, soit l’exécution.

Bien entend, et surtout, il ne sera nullement question d’exiger une quelconque repentance du gouvernement algérien. D’ailleurs, ce n’est pas cette repentance algérienne qui nous préoccupe, mais plutôt la repentance des gouvernements successifs de la France qui, de par leur silence et avec la complicité des médias, nous imposent une « omerta » qui nous couvre de honte.

L’hebdomadaire Jeune Afrique, dans son numéro daté du 9 mars 2014, informait ses lecteurs sur le tout récent livre de Raphaëlle Branche Prisonniers du FLN édité par Payot. Raphaëlle Branche (qui n’a jamais caché de quel côté penchait son idéologie : voir son livre sur la torture pendant la guerre d’Algérie) apporte tout de même la preuve qu’à la date du 19 mars 1962 on comptait 1.350 prisonniers (civils et militaires, algériens et français) entre les mains du FLN et de son bras armé l’ALN, et qu’avant cette date on pouvait les estimer à environ 500 civils et 430 militaires. Plus de la moitié de ces 2.280 prisonniers restent à jamais disparus sans que cela ait le moins du monde provoqué une indignation des gouvernements successifs de la France.

Le quotidien algérien El Watan du 8 avril 2014 a fait sa une d’une interview de Raphaëlle Branche dans laquelle elle confirme ses écrits : « Les disparus ? Aucune trace ne peut permettre d’en savoir plus sur leur sort une fois l’indépendance acquise. Jamais de demandes de rançons. Il s’agissait uniquement de faire pression sur l’opinion publique en médiatisant leur sort. Après le 19 mars 1962, les administrations française et algérienne se contentaient de faire parvenir un “avis de décès” attestant l’ignorance totale de la situation. En ce qui concerne les Français, les archives permettent de les identifier nominativement. »

Il est affligeant de voir ainsi confirmer la soumission au pouvoir des médias français. Il est affligeant de constater qu’il faut lire le quotidien algérien El Watan et l’hebdomadaire Jeune Afrique pour s’intéresser, à travers le livre de cette historienne parisienne, au sort de ces milliers de disparus, et remettre enfin à l’ordre du jour ces questions si gênantes auxquelles personne en France ne veut répondre : que sont-ils devenus ? Où se trouve leur dernière demeure ? Qui aura le courage d’honorer leur mémoire ? N’est-ce pas là, pourtant, un devoir national ?

Lu dans Boulevard Voltaire

Partager