Comment et pourquoi Deliveroo exploite ses livreurs! (Vidéo)

Uberisation rime si bien avec macronisation…

Les coursiers de Deliveroo étaient invités à manifester dans la soirée du 11 août à Paris et à Lyon contre «des pertes de revenus de l’ordre de 30 à 40%» liées à un changement de contrat initié le 27 juillet par l’entreprise de livraison de repas à domicile, sans concertation avec ses prestataires.

Le Collectif des livreurs autonomes parisiens (Clap) et la CGT, à l’origine de la mobilisation, ont dénoncé dans un communiqué une manœuvre «d’une brutalité absolue».

Le militant «anti-ubérisation» et membre fondateur du Clap, Jérôme Pimot, a pris la parole devant les manifestants.

«Il s’agit d’envoyer un message fort maintenant, à toutes les plateformes et pas seulement à Deliveroo»,

«C’est cent ans de luttes sociales qui sont derrière nous pour les droits du travail et ils sont en train de raser tout ça», lance Jean-Baptiste, livreur lui aussi. ll explique ensuite au micro de RT que les auto-entrepreneurs qui bénéficient de l’Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (ACRE), une exonération partielle et temporaire de charges sociales, se retrouvent pénalisés plus tard quand ils souhaitent monter une affaire plus élaborée.

«On veut plus pédaler sans être payés, Deliveroo tu vas manger !», ont scandé les manifestants.

«C’est notre travail qui paie les MacBook de Deliveroo, c’est à nous de leur mettre la pression, pas le contraire !», affirment les coursiers, déterminés à obtenir gain de cause.

Source

C’est très sympa les jours de flemme ou d’envie d’exotisme de commander des repas sur l’une des plateformes dévolues à cet effet mais puisque derrière se dissimule une exploitation éhontée, beaucoup de consommateurs scandalisés vont repenses leurs achats car il ne suffit pas de s’émouvoir des conditions de travail inadmissibles dans le tiers monde pour fabriquer des vêtements à bas prix, il convient de savoir ce qui se passe en France et de laisser faire le moins possible, déjà en n’y participant pas.

Lorsque vous passez des commandes  sur le site Deliveroo, il vous est proposé de laisser un pourboire pour le coursier,  avisés de ne pas le faire car ils étaient alors imposés dessus, alors qu’ils étaient fort mal rémunérés et la plupart des clients leur donnait directement. Outrés par cette exploitation, nombre de clients de Deliveroo ont décidé de se passer de leurs services et de ceux de toutes les plateformes similaires asservissant les coursiers, en commandant désormais des repas au plus près de leur lieu de résidence, en allant les chercher ou en privilégiant les restaurants qui font livrer par leurs serveurs, ce qui est vérifiable. Macron veut ubériser nos vies, il ne macronisera pas nos esprits! (NDLR)

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *