Haut

Correspondance (1944-1959) d’Albert Camus et Maria Casarès (Vidéo)

Correspondance (1944-1959) d’Albert Camus et Maria Casarès (Vidéo)

le 19 mars 1944, Albert Camus et Maria Casarès se croisent chez Michel Leiris, lors de la fameuse représentation-lecture du Désir attrapé par la queue de Pablo Picasso. L’ancienne élève du Conservatoire national d’art dramatique, originaire de La Corogne (Galice) et fille d’un ancien président du Conseil de la Seconde République espagnole exilé à Paris en 1936, n’a alors que vingt-deux ans. Parlant parfaitement français, elle a débuté sa carrière d’actrice en 1942 au Théâtre des Mathurins, au moment où Albert Camus publiait L’Étranger et Le Mythe de Sisyphe chez Gallimard. Albert Camus vit alors seul à Paris, la guerre l’ayant éloigné depuis deux ans de son épouse Francine, enseignante à Oran. Sensible au jeu, au tempérament et à la beauté de l’actrice, Albert Camus lui confie le rôle de Martha pour la création de sa pièce Le Malentendu en juin 1944. Et durant la nuit du Débarquement en Normandie, sortant d’une soirée chez leur ami Charles Dullin, Albert Camus et Maria Casarès deviennent amants.

Il ne s’agit là encore que du prélude à une grande histoire amoureuse ; car Maria décide de mettre fin à cette relation qui lui semble sans avenir, au vu de la situation conjugale de son amant. Mais quatre ans exactement après leur première déclaration, le 6 juin 1948, Albert et Maria se retrouvent, par un heureux hasard, sur un boulevard parisien ; leur histoire commune reprend alors, plus passionnée que jamais, et sans interruption jusqu’à la mort accidentelle de l’écrivain, au début de l’année 1960.

Durant toutes ces années, Albert et Maria n’ont jamais cessé de s’écrire, notamment lors des longues semaines de séparation dues à leur engagement artistique et intellectuel, aux séjours au grand air ou aux obligations familiales. Sur fond de vie publique et d’activité créatrice (les livres et les conférences, pour l’écrivain ; les tournées avec la Comédie-Française et le TNP pour l’actrice), leur correspondance croisée, demeurée inédite jusqu’à ce jour, révèle quelle fut l’intensité de leur relation intime, s’éprouvant dans le manque et l’absence autant que dans le consentement mutuel, la brûlure du désir, la jouissance des jours partagés, les travaux en commun et la quête du véritable amour, de sa parfaite formulation et de son accomplissement.

Nous savions que l’oeuvre d’Albert Camus était traversée par la pensée et l’expérience de l’amour, jusqu’aux dossiers préparatoires du Premier Homme. La publication de cette immense correspondance révèle la pierre angulaire de cette constante préoccupation : l’amour, l’inévitable amour. “Quand on a aimé quelqu’un, on l’aime toujours”, confiait Maria Casarès bien après la mort d’Albert Camus ; “lorsqu’une fois, on n’a plus été seule, on ne l’est plus jamais”.

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services