Conservateurs, soyez fiers (Vidéo)

Download PDF

Selon Guillaume Perrault depuis Mai 68, les conservateurs sont continuellement tournés en ridicule, caricaturés, diffamés. Leur rôle souvent glorieux dans notre histoire a été occulté. Déjà sous la révolution, ils avaient essayé d’éviter le bain de sang et la guerre civile alors que les encyclopédistes, comme d’Alembert, faisaient régner la terreur.

A l’époque de la colonisation, les tenants de la tradition n’ont jamais été ses promoteurs contrairement à la gauche. Victor Schoelcher, abolitionniste de l’esclavage dans les colonies, avait approuvé la pratique coloniale de Jules Ferry. Lors de l’affaire Dreyfus, les conservateurs avaient été les premiers à prendre sa défense alors que Jaurès avait dénoncé le déploiement de la puissance juive pour défendre l’un des siens.

Au XXème siècle, face au Front populaire, ce sont bien les conservateurs qui avaient raison. Ces derniers avaient demandé une réaction du gouvernement français après le réarmement de la Rhénanie par Hitler alors que Léon Blum s’y était opposé. De même, sous l’occupation nazie, hommes de droite et nationalistes avaient été les premiers résistants alors que la collaboration parisienne comptait de nombreuses personnalités de venues de la gauche comme Jacques Doriot, Marcel Déat ou Pierre Laval.

Aujourd’hui, pour Guillaume Perrault, “l’impression de vivre un déclin n’est plus l’apanage des élites sociales, […] la mélancolie a changé de camp, […] l’homme de la rue regrette l’amputation du passé”. Dans cet entretien, l’auteur tentera de définir ce qu’est un conservateur, expliquera pourquoi la tendance conservatrice est tant décriée en France et lancera un appel aux électeurs à 4 jours du premier tour de la présidentielle.

Partager