Haut

Chansons d’antan! (Vidéo)

Chansons d’antan! (Vidéo)

Mon goût profond pour la chanson française remonte à ma petite enfance. Ma toute première émotion en ce domaine ? Sans doute Colchiques dans les prés appris à l’école maternelle.

Colchiques dans les prés

Fleurissent, fleurissent,

Colchique dans les prés

C’est la fin de l’été…

Une chanson automnale couleur de bois rouillé, de feuilles mortes et de « châtaignes qui se fendent sous les pas ». Je revois la ronde de bambins en blouses grises ou noires, se tenant par la main, et la maîtresse au milieu, s’efforçant d’entraîner le chœur balbutiant.

Et ce chant dans mon cœur

Murmure, murmure…

Il murmure dans le mien depuis bientôt soixante-dix ans, à chaque déclin de l’été… Autre souvenir musical lié à l’école : La Petite Diligence, chanson popularisée par André Claveau, « crooner » de l’époque.

La petite diligence

Sur les beaux chemins de France

S’en allait en cahotant

Voyageurs toujours contents.

Chanson adaptée, lors d’une fête de fin d’année scolaire, en un tableau vivant : Il y avait le curé et son bréviaire. Parmi les voyageurs de la diligence, bricolée sur une charrette à bras, je faisais le curé vêtu d’une soutane taillée dans un vieux caraco de paysanne. L’année suivante, lors d’une fête semblable, nous illustrions également une des scies de l’époque : Etoile des neiges, où tous les garçons, avec leurs bonnets à pompons et le visage « noir de suie », jouaient les ramoneurs.

Etoile des neiges, mon cœur amoureux

S’est pris au piège de tes grands yeux…

Standard américain adapté en français et interprété par l’inoxydable Line Renaud, cette ritournelle était devenue, en Savoie et dans la partie montagneuse du Dauphiné, une sorte d’hymne.

 

la-petite-diligence
Maître Pierre
En ce tout début des années cinquante, ma cousine Michèle était une belle et espiègle adolescente, éclatante de santé, aimant rire et chanter. Lors de l’anniversaire de l’un de ses parents, elle avait interprété avec beaucoup d’énergie :

Voulez-vous valser grand-père

Tout comme au bon vieux temps

Quand vous aviez vingt ans…

Et puis cet autre succès radiophonique : Maître Pierre.

Il fait bon chez vous Maître Pierre

Il fait bon dans votre moulin

Le froment vole dans la lumière

Et partout ça sent le bon grain.

Courtisé par un futur médecin, Michèle respirait la joie de vivre. L’année suivante, de façon inattendue, elle annonçait à sa famille un peu stupéfaite sa décision de prendre le voile. Je ne l’ai revue que trente plus tard, lors d’un deuil familial. Je me trouvais assis à l’avant d’une voiture qui nous ramenait du cimetière, elle à l’arrière, et je lui rappelai cet anniversaire. Elle a souri et, après quelques secondes de silence, s’est mise à fredonner de sa voix de soprano légère toujours aussi juste :

Il fait bon chez vous Maître Pierre

Je m’ souviens de mes dix-huit ans…

Michèle devait décéder subitement d’un œdème pulmonaire deux ou trois ans après cette dernière rencontre. Je ne pense jamais à elle sans entendre ces deux chansons… « Oh ! le souvenir, le souvenir ! miroir douloureux, miroir brûlant, miroir vivant, miroir horrible… » Miroir chantant, aussi, dont la musique souvent chante triste.

La Petite Diligence, Maître Pierre et autres Chapelle au clair de lune… A notre époque de rythmes électro et techno déshumanisants, de rap hystérique et de pop music anglo-américaine, ces chansons des années cinquante semblent venir d’une autre planète, à peu près inconnue aux jeunes générations. Elles prolongeaient l’écho d’une France du XIXe siècle submergée par la civilisation industrielle mais qui subsistait encore dans la mémoire populaire. Nos arrière-grands-parents avaient connu dans leur jeunesse le temps des diligences et des voyages lents. A Grenoble, un charbonnier livrait encore ses clients avec une voiture à cheval, et les quartiers un peu excentrés recélaient deux ou trois fermes où les voisins venaient directement acheter leur lait. De nombreuses chansonnettes nous parlaient de la France du temps passé. Un gamin de Paris de Mick Micheyl renvoyait au Paris de Victor Hugo, avec ses Gavroche à l’esprit frondeur. La ritournelle de Jacqueline François, Mademoiselle de Paris, nous ramenait elle aussi au temps de Mimi Pinson et des lorettes. Le passé avait encore droit de cité dans les variétés françaises.

Ma marraine possédait tous les 33 tours de Mathé Altéri : 13 vieilles valses, 13 mélodies de la Belle époque, 13 Valses de Vienne… Moulin rouge était l’un de ses grands succès :

Moulin des amours

Tu tournes tes ailes

Au ciel des beaux jours…

J’ignorais bien sûr que, quarante ans plus tard, je viendrais habiter dans son voisinage.

Sous la tonnelle
Ah ! le petit vin blanc

Qu’on boit sous les tonnelles…

Chez mes grands-parents, il y avait justement une tonnelle où grimpait une vigne et sous laquelle, le printemps venu, certains dimanches après-midi, on se réunissait avec des amis autour d’une bouteille de clairette de Die et quelques biscuits à la cuillère.

Et puis de temps en temps

Un air de vieille romance…

Les romances fleurissaient souvent au moment où les convives levaient leurs verres.

La Madelon
C’est sous cette tonnelle, où le chèvrefeuille côtoyait les plants de vigne, qu’enfant j’ai souvent entendu mon grand-père Léopold, soldat de la classe 11, sept ans sous l’uniforme dont quatre à la guerre, chanter La Madelon avec deux autres poilus, son voisin et ami Célestin Lacombe, un artisan menuisier qui avait fait les Dardanelles, et le père Juppé, un mutilé de Verdun où il avait perdu un bras.

Quand Madelon vient nous servir à boire

Sous la tonnelle on frôle son jupon…

Et puis plus grave : La Butte rouge.

La butte rouge, c’est son nom, l’baptême se fit un matin

Où tous ceux qui grimpaient roulèrent dans le ravin

Aujourd’hui y a des vignes, il y pousse du raisin

Qui boira d’ ce vin-là boira le sang des copains.

Je ne soupçonnais évidemment pas que ces moments au milieu d’anciens combattants de 14-18 prendraient pour moi, au fil des années, une telle patine historique. Célestin, le menuisier, avait d’autres chansons à son répertoire, dont deux chefs-d’œuvre de la ritournelle populaire :

Sous les ponts de Paris

Lorsque descend la nuit…

Ou encore :

C’est la valse brune

Des chevaliers de la lune

Que la lumière importune…

Le père Juppé, lui, préférait Maurice Chevalier dont il entonnait souvent les refrains :

Ce vieux clocher dans le soleil couchant

Ça sent si bon la France…

La France, nous la chantions aussi à l’école :

Douce France

Cher pays de mon enfance

Bercée de tendres insouciances

Je t’ai gardée dans mon cœur !

Mon village au clocher aux maisons sages…

La France des diligences, des clochers, des moulins, des meuniers et des meunières, des chapelles au clair de lune… Et des maçons :

Un maçon

Chantait sur le toit d’une maison…


la-petite-diligence
Lily Marlène
Mme Sorbier, institutrice de cours élémentaire et prof de musique, avait interprété à une fête des écoles, plus pour nos parents que pour ses élèves, La Chanson de Tessa.

Si je meurs les oiseaux ne se tairont qu’un soir

Si je meurs pour une autre un jour tu m’oublieras…

L’auteur de ce texte, Jean Giraudoux, ne me disait bien sûr pas grand-chose. Mais il avait fait frissonner le petit garçon de sept ou huit ans que j’étais. Ainsi qu’une chanson entendue chez ma marraine: Lily Marlène.

Devant la caserne

Quand le jour s’enfuit

La vieille lanterne

Soudain s’allume et luit…

Une chanson pacifiste à la mélodie envoûtante, dont je ne me suis jamais désenvoûté. Une ritournelle de bastringue qui sent la guerre, les amours déchirés, les débâcles, les armées en déroute… L’atmosphère brumeuse d’une Allemagne entre sentimentalisme et bruit de bottes.

La ballade des baladins
J’ai dix ans. Et toujours grâce à Mme Sorbier je découvre à l’école la chanson dite poétique avec un poème de Paul Fort mis en musique par Georges Brassens :

Le petit cheval dans le mauvais temps

Qu’il avait donc du courage !

C’était un petit cheval blanc…

Je guettais désormais les « chansons à texte » sur la radio familiale. Brassens et sa Chanson pour l’Auvergnat, bien sûr.

Ce n’était rien qu’un feu de bois

Mais il m’avait chauffé le corps

Et dans mon âme il brûle encore

A la manière d’un feu de joie…

Mais aussi Gilbert Bécaud et sa superbe Ballade des baladins.

Les vieux châteaux dressés du fond du moyen âge

Semblent guider leurs pas légers comme un matin

Et parmi les donjons perchés dans les nuages

Des princesses leur font des signes avec les mains…

Ou Leo Ferré, ressuscitant dans les microsillons, avec son Pauvre Rutebeuf, un poète oublié du XIIIe siècle :

Que sont mes amis devenus

Que j’avais de si près tenus

Et tant aimés…

Et puis bien sûr Charles Trénet.

Je me souviens d’un coin de rue

Aujourd’hui disparu.

Mon enfance jouait par là,

Je me souviens de cela… (…)

Mes quinze ans… Mes vingt ans

Tout ce qui fut et qui n’est plus…

Des chansons, comme autant de regrets mélancoliques d’une époque et d’un monde disparus…

Jean Cochet – Présent

Delit D'images
4 Commentaires
  • lucien

    Eh bien moi aussi j’aime….Alors je partage : http://gauterdo.com/ref/index.html

    23 février 2017 à 21 h 16 min
  • Orage

    Merci beaucoup, Lucien!

    24 février 2017 à 18 h 25 min
  • Maryse

    Bel article nostalgique, car où va notre belle France ! elle disparaît malheureusement. Et merci à Lucien pour son partage !

    24 février 2017 à 21 h 43 min
  • lucien

    Hello.

    En faite je n’ai aucun mérite mais faites donc une visite sur le site : http://gauterdo.com . et d’autres sites, Vous y trouverez d’autres merveilles…

    N’oubliez pas de signer le livre d’or.

    Lucien

    26 février 2017 à 14 h 39 min
Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services