Haut

Carlos Ghosn contre-attaque (Vidéo)

Carlos Ghosn contre-attaque (Vidéo)

Vingt-trois jours après sa spectaculaire arrestation, Carlos Ghosn vient de porter plainte pour contester la validité de son maintien en détention provisoire. Selon l’agence de presse Kyodo, le PDG de Renault, qui a été démis de ses titres de président chez Nissan et Mitsubishi Motors, aurait déposé plainte devant le tribunal de district de Tokyo pour dénoncer son nouveau placement en détention provisoire dans la prison de Kosuge, située au nord de Tokyo.
Lundi, le patron franco-brésilien avait été mis en examen formellement pour un délit financier. Le Parquet lui reproche de ne pas avoir fait inscrire dans un rapport financier, que Nissan remet chaque année aux autorités boursières, une partie de ses compensations sur la période de 2010 à 2015. Greg Kelly, l’un de ses proches adjoints chez Nissan, a lui aussi été mis examen pour avoir aidé son patron à minorer une partie de ses revenus. Et le constructeur a également été inculpé pour avoir déposé pendant cinq ans des documents financiers erronés auprès des autorités boursières. Dès l’annonce de ces premières charges, le Parquet a demandé de maintenir en détention Carlos Ghosn, tout comme Greg Kelly, pour l’interroger sur un second volet de cette affaire. Cette fois, le procureur le soupçonne d’avoir continué de minimiser ses compensations de 2015 à 2017. Carlos Ghosn nie toute malversation. Il explique que les éléments qu’il n’avait pas fait inscrire, depuis 2010, dans le document boursier, étaient des compensations différées dont le montant exact n’avait pas été déterminé. En maintenant Carlos Ghosn en prison pour une période de dix jours supplémentaires, qui pourrait être étendue avec l’accord d’un juge pendant encore dix jours, le Parquet pourrait espérer épuiser moralement son suspect. L’objectif : lui faire avouer l’ensemble des faits qui lui sont reprochés. Les avocats pénalistes nippons dénoncent régulièrement cette tactique qu’ils décrivent comme une « justice de l’otage ». Les suspects ne pouvant espérer sortir de détention que s’ils offrent une confession complète.
Dominique Seux, directeur délégué de la rédaction des Echos et éditorialiste à France Inter, précise et explique.
Delit D'images
Pas de commentaires

Le formulaire de commentaires est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services