Bel-Ami de Guy de Maupassant, 1885 (Vidéo)

Georges Duroy est pauvre et ambitieux. Sur les boulevards, comme on disait à l’époque, il croise Forestier, un ami de régiment, qui réussit assez bien dans le journalisme parisien. Ce dernier le fait entrer à son journal et, après des débuts difficiles, Duroy perce et devient un homme important.

Ce n’est pas son talent, loin d’être exceptionnel, qui le fait arriver : ce sont les femmes. Georges, surnommé Bel-Ami, leur plait. Il est beau et il a beaucoup de charme.

Alors, avec un cynisme total, il va se servir d’elles, en séduisant celles qui comptent, celles qui peuvent lui être utile pour l’ascension dont il rêve.

Maupassant, qui fut journaliste, décrit admirablement ce milieu, et ses liens avec les mondes politiques et financiers. Les descriptions des acteurs sont féroces : « C’était un de ces hommes politiques à plusieurs faces, sans convictions, sans grands moyens, sans audace et sans connaissances sérieuses, avocat de province, joli homme de chef-lieu, gardant un équilibre de finaud entre tous les partis extrêmes, sorte de jésuite républicain et de champignon libéral de nature douteuse, comme il en pousse par centaines sur le fumier populaire du suffrage universel. »

Voilà qui reste très actuel…

La charge n’épargne personne. Pour ces hommes, seuls comptent la notoriété et l’argent. Les méthodes importent peu et l’intérêt général est totalement absent de la pensée des personnages.

Le récit est parfaitement écrit et le lecteur ne s’ennuie jamais. Il découvre le Paris riche et puissant de cette fin de siècle où la corruption est à peu près générale.

Bel-Ami est un excellent roman qui mérite bien de figurer parmi les classiques de la littérature française.

 

 

Retrouvez d’autres ouvrages sur leslivresd’antoines.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *