Haut

Pour ARTE, il y a le « bon antisémitisme » et le très pas bon!

Pour ARTE, il y a le « bon antisémitisme » et le très pas bon!

 Habituée à diffuser en boucle des émissions dénonçant les crimes du nazisme ou encore le prétendu antisémitisme des mouvements nationaux fleurissant en Europe, la chaîne franco-allemande a pourtant refusé la projection de Un peuple élu et mis à part : l’antisémitisme en Europe, réalisé par Joachim Schroeder et Sophie Hafner. « L’erreur » de ces deux cinéastes allemands ? Avoir osé mettre en lumière la haine antijuive qui ne cesse de progresser dans la sphère arabo-musulmane et au sein de la gauche antisioniste.

Contraire à ligne éditoriale d’ARTE France

Il faut dire que, de façon assez significative, ce projet, défendu par le pôle allemand de la chaîne, s’était heurté d’emblée à l’opposition d’ARTE France, dont la présidente, Véronique Cayla, et le directeur des programmes, Alain Le Diberder, avaient indiqué qu’il n’était « pas en adéquation avec la ligne éditoriale de la chaîne sur la question de l’antisémitisme », limitée à la dénonciation du nazisme et de « l’extrême droite ». Il avait cependant été validé en avril 2015 par la conférence des programmes d’ARTE, à condition que ses auteurs acceptent comme coauteur Ahmad Mansour, un psychologue d’origine arabe israélienne, pour veiller à ce que soit minimisé l’antisémitisme des banlieues ethniques.

Or, comme il est toujours difficile de cacher ce qui saute aux yeux, ce documentaire a bien évidemment mis en lumière ce qu’il ne fallait surtout pas montrer. Résultat : en février 2017, Le Diberder refusait sa diffusion au prétexte que « le film achevé ne correspond pas sur des points essentiels au projet accepté par la conférence des programmes » et que « l’on ne voit pas la trace de la collaboration d’Ahmad Mansour, qui devait garantir l’équilibre et l’impartialité du projet ». Affirmation immédiatement démentie par l’intéressé, qui ajoutait même : « Ce film est remarquable. (…) Il révèle des réalités dérangeantes. (…) C’est pourquoi je (le) trouve important et nécessaire. »

Le CSA saisi

Un scandale, en tout cas, que le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme n’entend pas laisser passer. Condamnant « fermement la décision honteuse, indigne et discriminatoire de la chaîne », le BNVCA a en effet annoncé avoir saisi le CSA ainsi que les ministres compétents « afin de faire éclater la vérité et éclairer l’opinion sur la réalité des causes de l’antisémitisme ». Car, a-t-il ajouté fort justement, « en censurant ce reportage, ARTE s’emploie à mentir à l’opinion publique, en voulant minimiser, voire camoufler, l’antisémitisme d’origine musulmane incité par la haine d’Israël qui, depuis 17 ans déjà, pousse à l’acte antijuif le plus cruel ».

Franck Deletraz – Présent

Delit D'images
Pas de commentaires

Le formulaire de commentaires est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services