Haut

Affaire Benalla/ La société Velours réagit

Affaire Benalla/ La société Velours réagit

Une démission, une suspension – alors que les révélations de Mediapart font visiblement bouger les choses dans l’affaire du «contrat russe», c’est au tour du groupe de sécurité Velours de réagir. La société, qui a embauché Alexandre Benalla et aussi mentionnée par Mediapart, condamne les «mensonges répétées de ses collaborateurs».

Le groupe Velours, dont le nom figure dans les révélations de Mediapart et qui a employé l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, a condamné «avec la plus grande fermeté les mensonges répétés de ses collaborateurs», sans pourtant les nommer.

La société, fondée en France en 2008, qui se voit citée dans l’affaire Benalla pour avoir assuré la sous-traitance d’un contrat conclu avec un oligarque russe, s’est dit vendredi «trahie» par ses ex-employés et a assuré ne faire l’objet d’aucune «mesure judiciaire», lit-on dans un communiqué auquel l’AFP a eu accès.

«Rien ne sera laissé au hasard dans la transparence déployée [par Velours, ndlr] pour que chacun puisse factuellement constater l’ampleur de la trahison dont elle a été victime par des collaborateurs qui ont gravement failli, en lui fournissant des informations qui se révèlent aujourd’hui manifestement frauduleuses», a déclaré le groupe promettant de collaborer «pleinement avec les services de police et la justice».

Selon l’entourage de la société, Alexandre Benalla a joué le rôle d’intermédiaire entre Vincent Crase et Velours pour ce contrat de sous-traitance signé le 25 juin 2018 avec Mars, la société de Crase.«Dès la signature du contrat, Velours s’est plaint du fait que M.Crase voulait garder la maîtrise commerciale de ce contrat et refusait que l’équipe de Velours n’entre en contact avec son client», a affirmé à l’AFP l’entourage du groupe.

Selon cette source, Vincent Crase a par ailleurs imposé à Velours les cinq collaborateurs chargés de la protection du milliardaire, parmi lesquels figuraient le sergent-chef Chokri Wakrim, compagnon de la chef du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM) Marie- Élodie Poitout.

Les cinq collaborateurs «ont tous menti en faisant des faux en écriture» lorsqu’ils ont signé leurs contrats avec Velours, en disant «ne pas être liés à d’autres employeurs», a indiqué la source.En décembre, le nom de Velours, qui a employé Alexandre Benalla entre octobre 2014 et novembre 2015, a été mentionné dans les révélations de Mediapart sur le contrat de sécurité signé entre Mars et Iskandar Makhmoudov. Jeudi, le parquet national financier (PNF) a confirmé avoir lancé une enquête sur ce contrat notamment pour «corruption».

Par la suite, Marie-Élodie Poitout, la chef du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), Édouard Philippe, a donné sa démission afin d’«écarter toute polémique». Son compagnon, le militaire Chokri Wakrim a été suspendu par le ministère des Armées «en attendant que la lumière soit faite sur ces allégations» parues à son propos dans Libération.

Source

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services