Haut

A quoi sert Marlène Schiappa ?

A quoi sert Marlène Schiappa ?

(..) Installée depuis un peu plus d’un an au secrétariat d’Etat pour l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa enchaîne les prises de position enflammées sans forcément les accompagner d’actes politiques concrets. Et l’agacement gagne peu à peu les rangs du monde associatif féministe. (…)

Dernier exemple en date, ce jeudi 13 septembre à l’antenne de BFM TV. Face à Jean-Jacques Bourdin, la secrétaire d’Etat semble tiraillée, partagée entre ses différentes casquettes. D’abord celle de la militante et même de la mère, outrée de voir qu’une énorme majorité de femmes continuent, lors de la rentrée scolaire, d’accompagner leurs enfants à l’école – comme dans celle de sa fille – et pas les hommes. Militante encore à l’évocation d’un éventuel allongement du congé paternité. Interrogée sur le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) remis la veille au gouvernement et qui préconise de porter sa durée de 11 jours à 4 semaines, Marlène Schiappa lance : “Moi, je suis favorable à l’allongement du congé paternité, à titre personnel. Cela fait des années que je milite pour cela.” Puis arrive le discours de la secrétaire d’Etat prudente quelques secondes plus tard : “Il y a un engagement de la part du gouvernement à étudier ce sujet, maintenant il va falloir concerter les partenaires sociaux avec la ministre du Travail, celle de la Solidarité et de la Santé… Après il faut étudier la manière dont on le finance.” Pour espérer compter sur son poids politique, il faudra visiblement repasser.

Un dédoublement du personnage qui marque et qui lasse certains acteurs de la lutte pour l’égalité des sexes. “On ne peut pas tenir ce genre de discours sans que cela soit suivi d’effets, sans réellement montrer de volonté politique capable de permettre des avancées pour les femmes”, tempête Céline Piques, porte-parole d’Osez le féminisme, auprès de Marianne. “Quand on l’écoute, on ne peut qu’être convaincue, nous confie Diariata N’Diaye, fondatrice de l’association de lutte contre les violences faites aux femmes “Résonantes”. Mais les actes ne suivent jamais ses convictions que je crois sincères. Je suis déçue évidemment, et je ne suis pas la seule.”

Pour pallier cette incapacité à agir, selon elles, la secrétaire d’Etat fait régulièrement le choix des coups d’éclat pour attirer l’attention médiatique. De la mise en scène de sa traversée du quartier de La Chapelle-Pajol au mois de juin 2017 à ses tweets rageurs demandant à une enseigne de grande distribution de retirer des sacs au discours sexiste… Des méthodes qui ne sont pas du goût de ces militantes. “On nous avait promis que l’égalité femmes-hommes allait être considérée comme la grande cause nationale du quinquennat. Dans les faits, on a simplement hérité d’une présence médiatique extrêmement forte, à des revendications affichées mais stériles. C’est bien la preuve qu’elle ne pèse pas dans le gouvernement”, déplore la porte-parole d’Osez le féminisme.

Malgré cette frustration, Céline Piques accorde quelques circonstances atténuantes à la secrétaire d’Etat. En premier lieu : le faible budget accordé au secrétariat d’Etat. “29 millions d’euros c’est 0,007% du budget de l’Etat. Avec un tel budget, comment voulez-vous impulser une quelconque dynamique ? (…)

Une bienveillance qui s’efface toutefois bien vite. Surtout quand il s’agit d’évoquer la baisse des subventions accordées aux associations du secteur. Au mois de juillet 2017, le budget du secrétariat d’Etat pour l’année 2018 a été amputé de 7,5 millions d’euros, soit une restriction budgétaire de 27,88%. Dans la foulée, en audition à l’Assemblée nationale, Marlène Schiappa avait indiqué qu’une dizaine d’associations seulement allaient être concernées par la non-reconduction de leurs subventions. Mais depuis, les financements se feraient de plus en plus rares selon Céline Piques. (…)

Pendant ce temps, la secrétaire d’Etat s’offre une énième campagne de communication par l’organisation d’une Université d’été du féminisme à Paris, ce jeudi 13 et vendredi 14 septembre. Tel un parti politique ou un courant de pensée cherchant un second souffle.(…)

Un événement dont le coût de 300.000 euros, révélé par Le Canard Enchaîné, passe mal du côté d’Osez le féminisme. “300.000 euros, ça équivaut au budget annuel de certaines associations accompagnant des milliers de femmes victimes de viol par exemple, calcule Céline Piques. Tout cela pour parler, réfléchir… On a besoin de places d’hébergement d’urgence pour que certaines femmes puissent quitter leur mari violent et trouver un endroit où aller, on a besoin de structures et d’associations de terrain en capacité de les accompagner en justice, de prendre en charge des psychotraumatismes, on a besoin de former les policiers à recueillir les plaintes de ces femmes… Il y aurait énormément d’autres choses à faire que de parler.”

Source

Delit D'images
Pas de commentaires

Les formulaire de commentaire est actuellement fermé.

Traduire le site »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services